LE RAS-LE-BOL DES MATONS

Les gardiens de prison sont révoltés. Ce qui a mis le feu aux poudres, c’est la tentative d’évasion de la prison d’Andenne qui a fait quatre blessés le 8 avril et, vendredi dernier, la fuite de deux détenus de la prison d’Andenne, au cours de laquelle deux gardiens ont été agressé et blessé. La colère est d’autant plus profonde que les revendications des gardiens ne sont pas neuves. Voilà plus de vingt ans qu’ils dénoncent leurs conditions de travail, des conditions étroitement liées aux conditions des détenus. Hier, la ministre de la justice, Annemie Turtelboom a proposé de dégager huit cent mille euros pour installer des détecteurs de métaux dans les prisons. « C’est de la politique spectacle, disait dans le journal de 13 heures de la Première (RTBF) le criminologue Philippe Mary, ancien directeur de la section belge de l’Observatoire international des prisons, c’est une solution qui ne servira pas à grand-chose, sinon à augmenter encore le degré de violence auquel on peut s’attendre ». Bref, une solution prise sous le coup de l’émotion, comme souvent ces derniers temps en Belgique. «  Elle ne résout aucun problème », enchaîne l’Observatoire des prisons, pour qui il vaudrait mieux investir dans la sécurité relationnelle entre les gardiens et les détenus et qui réclame « des solutions structurelles, instaurées dans le cadre d’une politique cohérente.  » Le directeur d’Amnesty, Philippe Hensmans ne dit pas autre chose. Pour lui, « la surpopulation dans les prisons ne permet pas de réflexion calme et à long terme.  »

Cet après-midi, les trois syndicats ( CGSP, CSC et SLFP) ont présenté en front commun une liste de revendications à Annemie Turtelboom. Eux non plus ne sont pas convaincus par l’installation de détecteurs de métaux supplémentaires. « Ils ne permettront pas de détecter les objets en plastique, dit Michel Jacobs, de la SGSP, or, de tels objets peuvent être utilisés comme armes par les détenus. » Pour les syndicats, les problèmes de sécurité sont bien plus larges.

La question de la surpopulation a bien entendu été évoquée, de même que la construction de nouvelles prisons. Une solution au problème de la surpopulation ? Les syndicats l’espèrent. Mais rien n’est moins sûr. Plusieurs organisations internationales émettent en effet de sérieux doutes à ce sujet. Les syndicats qui se posent également des questions sur le nombre de gardiens de prison. Et là, l’inquiétude est réelle. « Va-t-on réduire les effectifs ? », se demandent-ils. Bref, pas mal de questions auxquelles Annemie Turtelboom n’a pas apporté de réponse. D’où la déception des syndicats. Des syndicats qui sont sous le choc après les évasions, réussies ou non, mais qui ont toutes les deux blessé des gardiens. On comprend leur émotion, mais les conditions de détention sont telles qu’on ne peut se demander, comme le fait Philippe Mary, « comment se fait-il qu’il y ait pas plus d’émeutes ? » C’est là toute la question, en effet, et il faudra bien que le politique y réponde, en entamant un travail de fond sur le rôle des prisons et sur la manière de mener à bien la réinsertion des détenus qui ont purgé leur peine. S’il l’avait fait plus tôt, on n’en serait sans doute pas là !

Permalink

| Leave a comment »

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.