MARIAGE FORCE : UN PHENOMENE SURESTIME

14 mai 2013

Même si chaque cas est dramatique, le mariage forcé est un phénomène marginal largement surestimé par les politiques et les médias, c’est la conclusion d’une étude sur les mariages forcés en région bruxelloise, menée par l’ULB à la demande de la ministre fédérale, Joëlle Milquet, et du secrétaire d’état régional, Bruno de Lille, tous deux en charge de l’égalité des chances.

Les chercheurs ont analysé deux types de données : les chiffres officiels fournis par les communes, la police fédérale et le parquet et les chiffres fournis par les associations qui travaillent sur le terrain. Certes, les évaluations du secteur associatif sont légèrement supérieures aux chiffres officiels, mais le phénomène reste très rare : sur 4.000 mariages célébrés chaque année à Bruxelles, 10 ou 20 seulement seraient forcés.Les estimations sont donc rassurantes, même si les chiffres récoltés sont probablement sous-évalués, comme l’explique la chercheure Nawal Bensaid. « Ils sont sous-évalués pour deux raisons : d’abord parce qu’au niveau institutionnel, les officiers de l’état civil, les policiers ou le personnel des consulats dans les pays d’origine des personnes concernées ne sont pas du tout sensibilisés à la question des mariages forcés et ils ne peuvent donc pas les détecter. En fait, leur objectif est de traquer les mariages dits suspects destinés à contourner la politique migratoire de la Belgique. La deuxième raison, c’est que ce phénomène souffre probablement d’un manque de reportabilité, comme toutes les autres formes de violences conjugales. Il existe sans doute des cas qui ne dépassent pas la frontière familiale et qui n’atteignent ni les commissariats, ni les associations. Cela étant, rien ne nous laisse penser qu’on serait face à un phénomène de masse qui serait tout à fait dissimulé. » La preuve, dit-elle, le nombre de cas recensés reste stable et les campagnes de sensibilisation ne l’ont pas fait exploser.

Mais pas question de baisser la garde pour autant. Les chercheurs proposent plusieurs actions visant à maintenir et à renforcer les mesures actuelles de sensibilisation, d’information et de prévention, histoire d’éviter toute banalisation.

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.