MON MARIAGE M’APPARTIENT

1er juin 2012

Le réseau Mariage et Migration lance aujourd’hui une campagne de prévention des mariages forcés. Une première en Fédération Wallonie-Bruxelles. Public cible : les jeunes de 15 à 25 ans. La date n’a pas été choisie au hasard. Nous sommes en effet à la veille des vacances d’été, une période propice à la conclusion rapide de mariages forcés. Nuran Ciçekçiler est psychologue dans un centre de planning familial à Schaerbeek. Elle est confrontée régulièrement à ce problème et c’est la raison pour laquelle elle a participé à la création du réseau Mariage et Migration. « Nous rencontrons des jeunes filles qui ont été mariées de force et qui veulent partir. Parfois elles doivent être hébergées, parfois elles ont besoin d’une aide juridique, nous répondons à leurs demandes et à leurs questions. »

Les mariages forcés se pratiquent notamment dans certaines familles marocaines, pakistanaises ou albanaises. « Elles semblent vouloir perpétuer une tradition. Je pense que cela vient du désir de garder absolument un contact avec la famille et que cela va s’estomper. Des études menées en France ont montré que cela arrivait dans des familles confrontées à la précarité et qui se sentent valorisées si leur enfant épouse quelqu’un du pays d’origine. » On constate également que les jeunes filles qui poursuivent leurs études sont moins victimes de mariages forcés que les autres et que les garçons, contrairement à ce qu’on pourrait penser, ne sont pas épargnés. D’où l’importance de cette campagne de prévention.

3.500 affiches seront distribuées dans les écoles et dans les associations de jeunesse. Elles ne passeront pas inaperçues. Elles vont par deux, l’une représente une paire d’escarpins blancs attachés par un lacet rouge et l’autre, une paire de mocassins noirs bien cirés, attachés eux aussi par un lacet rouge. Le réseau a publié également 100.000 cartes de visite reprenant les mêmes motifs, de quoi les distribuer largement. Sur chacun de ces documents , une adresse internet : www.monmariagemappartient.be , le troisième volet de la campagne, et non le moindre ! Ce site regorge en effet d’informations précieuses. On y trouve notamment des témoignages et on invite d’ailleurs les jeunes qui ont été confrontés à un mariage forcé à témoigner eux-aussi, dans l’anonymat le plus strict, cela va sans dire. Sur le site également, une liste d’associations qui peuvent les aider, en Wallonie comme à Bruxelles, et un volet destiné aux professionnels.

La campagne durera un an et on espère qu’elle portera ses fruits, en rappelant que jusqu’à la fin du XIX° siècle, les mariages arrangés étaient monnaie courante en Europe occidentale !

Un autre site intéressant, celui du réseau : www.mariagemigration.org

Permalink

| Leave a comment »