SOUS-MUNITIONS : DES PROGRES, MAIS PAS DANS TOUS LES DOMAINES

16 septembre 2012

 

Le Rapport 2012 de l’Observatoire des sous-munitions a été rendu public récemment. Il présente le bilan annuel du traité d’Oslo qui interdit l’emploi, le stockage, la production et le transfert des sous-munitions et qui comporte un chapitre important consacré à l’aide aux victimes et à leur famille. Et c’est là que le bât blesse aujourd’hui. Faute de financements suffisants, l’aide aux victimes stagne ou recule. Certains pays comme l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine ou le Liban ont dû réduire leurs services d’assistance. Sur les quelque 48 millions d’euros débloqués en 2011 par 21 états et la Commission européenne, 5% seulement ont été dédiés aux victimes, soit environ 2,4 millions d’euros : c’est très nettement insuffisant. « Les survivants ont besoin d’une assistance à vie, explique Bruno Leclercq, de Handicap International. Leur famille et leur communauté doivent également être soutenues. La situation est d’autant plus intolérable que 40% des victimes recensées sont des enfants. » Lynn Bradach ne dit pas autre chose. Cette Américaine a perdu son fils alors qu’il nettoyait, en Irak, des zones infestées de sous-munitions larguées par son propre pays. Depuis, elle milite en faveur de l’interdiction de ces armes redoutables et elle réclame des moyens supplémentaires. « J’étais récemment au Laos pour la première conférence des états parties au traité. Durant cette conférence, une jeune fille a été tuée et sa soeur blessée par une sous-munition américaine larguée 40 ans plus tôt. Qui va aider la famille ? Qui va soutenir sa communauté ? Que va devenir l’enfant blessée ? Le Traité se veut humanitaire et fait de l’aide aux victimes une priorité. Mais pour cela, il faut que les victimes reçoivent effectivement l’aide dont elles ont besoin. »

Le rapport souligne que près d’un quart des pays du monde restent pollués par les sous-munitions, l’héritage de près de 70 ans d’usage de ces armes barbares. Les nettoyer est un travail de longue haleine et qui est loin d’être fini. On estime qu’en 2011, les acteurs impliqués dans le déminage ont pu nettoyer environ 1 km² par semaine, c’est dire l’ampleur de la tâche !

En revanche, la destruction des stocks progresse. Ensemble, les 75 états qui ont ratifié le Traité d’Oslo ont détruit plus de deux tiers de leurs stocks, ce qui représente près de 86 millions de sous-munitions.

Rappelons toutefois que plusieurs états, et non des moindres, n’ont pas ratifié le traité : les Etats-Unis, la Russie, Israël, l’Inde et la Chine, pour ne citer que ceux-là.

Permalink

| Leave a comment »

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.