TROUBLES DE L’ELECTION ?

28 septembre 2012

 

«  Vous aussi, vous souffrez de troubles de l’élection  ? », c’est la question posée par le Conseil des femmes francophones de Belgique qui lance aujourd’hui une campagne de sensibilisation avant les élections communales du 14 octobre. Vous entendrez dès lundi prochain un spot radio qui rappelle, et ce n’est pas par hasard, un autre spot consacré, lui, aux troubles de... l’érection ! Une voix féminine susurre en effet le message suivant : «  Dès l’âge de dix-huit ans, un grand nombre de citoyens souffrent de troubles de l’élection. Une affection qui se traduit par une méfiance injustifiée à l’égard des femmes politiques. Heureusement, des solutions existent. Pour en savoir plus sur les troubles de l’élection, consultez le Conseil des femmes francophones de Belgique. Des femmes qui vous redonneront envie de voter ... aussi pour des femmes. » De l’humour, donc, mais le propos n’en est pas moins clair. Quarante ans après la période de gloire du féminisme, les femmes politiques restent minoritaires et paradoxalement, plus encore au niveau communal. En Belgique, 9% seulement des bourgmestres sont des femmes et près de 70% des échevins sont des hommes. Au niveau provincial, ce n’est guère plus brillant. Deux gouverneurs sur deux seulement sont des femmes : les gouverneures du Brabant wallon, Marie-José Laloy, et d’Anvers, Cathy Berx. 

La campagne vise à inciter les hommes et les femmes à voter sans a priori, elle ne leur demande pas de voter pour des femmes uniquement. «  Il y a des hommes et des femmes qui défendent l’égalité des sexes et il y a aussi des hommes et des femmes qui ne la défendent pas », affirme la présidente du Conseil des femmes francophones, Viviane Teitelbaum. Ce n’est pourtant qu’en votant pour des femmes qu’on parviendra à établir un équilibre ! Cette campagne a été présentée officiellement ce matin, en présence d’une dizaine de femmes politiques de tous bords, et d’un seul homme, Christophe Doulkeridis, qui a d’ailleurs été accueilli chaleureusement par ses consoeurs ! Six journalistes seulement avaient répondu à l’invitation, cinq femmes et un homme. La preuve que la cause des femmes ne fait plus recette. On peut le regretter.

Cela dit, la représentation des femmes en politique reflète une situation plus générale. Les femmes chefs d’entreprise restent très peu nombreuses, tout comme les femmes diplomates. On ne compte en Belgique qu’une seule femme recteur d’université et un fonctionnaire fédéral supérieur sur cinq seulement est une femme, alors que les femmes représentent plus de la moitié de l’effectif total de la fonction publique fédérale. Le fameux plafond de verre n’a toujours pas été brisé, l’occasion de rappeler une phrase célèbre de Françoise Giroud : «  Il y aura égalité entre les hommes et les femmes le jour où on nommera des femmes incompétentes à des postes de responsabilité. » Du train où vont les choses, ce n’est pas pour demain !

 

 

Plus d’infos sur le site www.cffb.be

Permalink

| Leave a comment »

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse