UN RAPPORT ACCABLANT

12 septembre 2013

1,3 milliard de tonnes de nourriture, soit un tiers de la production mondiale, sont gaspillées chaque année : ce nombre effarant est cité par la FAO, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture dans son dernier rapport. Un gâchis monumental qui coûte cher et qui a un fort impact environnemental. Un comble alors qu’on estime à 870 millions le nombre d’affamés dans le monde.

L’étude « Food Wastage Footprint : Impacts on Natural Resources » cite des chiffres. Chaque année, la nourriture produite sans être consommée engloutit un volume d’eau équivalant au débit annuel de la Volga et est responsable du rejet dans l’atmosphère de 3,3 gigatonnes de gaz à effet de serre. Par ailleurs, les coûts économiques directs du gaspillage de produits agricoles sont de l’ordre de 565 milliards d’euros par an. La réduction du gaspillage de nourriture pourrait non seulement alléger la pression sur des ressources naturelles limitées, souligne la FAO, mais elle pourrait aussi réduire le besoin d’augmenter la production alimentaire pour nourrir une population mondiale croissante.

Où se produisent les pertes et gaspillages alimentaires ?

A l’échelle mondiale, 54% des pertes se produisent durant les phases de production, de manutention et de stockage et 46%, au moment de la transformation, de la distribution et de la consommation. Dans les pays en développement, c’est le plus souvent durant la production. En revanche, dans les pays à revenus moyens ou élevés, c’est au moment de la vente au détail et de la consommation que les pertes sont les plus fréquentes.

Comment limiter les pertes ?

Dans les pays en développement, en améliorant les procédés de récolte et en développant de bonnes infrastructures de transport, de stockage et de réfrigération : le secteur privé comme le secteur public doivent accroître les investissements pour combler ces lacunes, déclare la FAO. Elle relève également que dans les pays riches, les consommateurs contribuent largement au gaspillage et qu’il faudrait donc les sensibiliser, de même d’ailleurs que le secteur de la distribution.

Et en Europe ?

On estime qu’en Europe, 89 millions de tonnes de nourriture sont mises au rebut chaque année, soit 179 kilos par habitant. La majorité de ces pertes sont dues aux ménages (42%) et à l’industrie agroalimentaire (39%).

En janvier 2012, le Parlement européen votait une résolution demandant des mesures urgentes pour réduire de moitié les déchets alimentaires d’ici 2025. Quant à la Commission européenne, elle a ouvert le 9 juillet dernier une consultation publique sur le modèle européen de production et de consommation alimentaires et sur la durabilité du système alimentaire. Parmi les questions abordées, l’impact sur l’environnement et la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Cette consultation est ouverte jusqu’au 1er octobre prochain.

Et en Belgique ?

Chez nous, la perte alimentaire globale est évaluée à 3,6 millions de tonnes par an. La majeure partie de cette perte se situerait au niveau de l’industrie et des ménages. D’où l’importance de modifier nos modes d’achat et de consommation. Que celui qui n’a jamais jeté un bloc de fromage ou un pot de yaourt à la poubelle me jette la première pierre !

Pour en savoir plus :

www.fao.org

http://ec.europa.eu/environment/eussd/food.htm

On estime qu’en Europe, 89 millions de tonnes de nourriture sont mises au rebut chaque année, soit 179 kilos par habitant. La majorité de ces pertes sont dues aux ménages (42%) et à l’industrie agroalimentaire (39%).

En janvier 2012, le Parlement européen votait une résolution demandant des mesures urgentes pour réduire de moitié les déchets alimentaires d’ici 2025. Quant à la Commission européenne, elle a ouvert le 9 juillet dernier une consultation publique sur le modèle européen de production et de consommation alimentaires et sur la durabilité du système alimentaire. Parmi les questions abordées, l’impact sur l’environnement et la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Cette consultation est ouverte jusqu’au 1er octobre prochain.

Et en Belgique ?

Chez nous, la perte alimentaire globale est évaluée à 3,6 millions de tonnes par an. La majeure partie de cette perte se situerait au niveau de l’industrie et des ménages. D’où l’importance de modifier nos modes d’achat et de consommation. Que celui qui n’a jamais jeté un bloc de fromage ou un pot de yaourt à la poubelle me jette la première pierre !

Pour en savoir plus :

www.fao.org

http://ec.europa.eu/environment/eussd/food.htm