États-Unis d’Amérique : « une crise morale pour les gens de bonne volonté »

Le gouverneur de Pennsylvanie a décrété un moratoire sur les exécutions dans l’état, faisant référence aux nombreuses études qui contestent l’exactitude et l’équité fondamentale du système de la peine capitale en Pennsylvanie.
Cette décision du nouveau gouverneur, entré en fonction le 20 janvier dernier, fait suite à celle prise un an auparavant par le gouverneur de l’état de Washington, et est motivée par plusieurs constats.
• La procédure est longue, coûteuse et douloureuse pour toutes les parties impliquées
• Sur 150 cas de condamnés innocentés des crimes pour lesquels ils avaient été condamnés, 6 provenaient de Pennsylvanie et l’un d’entre eux avait passé 21 ans dans le couloir de la mort
• Dans les cas de coupables confirmés, de nouveaux procès en appel ont mis à jour des circonstances atténuantes, et des erreurs dans les procès originaux, ce qui a conduit à des peines de prison à vie
• La discrimination raciale et sociale est évidente, aussi bien en Pennsylvanie que dans d’autres états, comme l’ont révélé les chercheurs du Comité d’étude des préjugés de race et de genre dans le système judiciaire de la Cour Suprême
Ces constats créent un « conflit moral pour les personnes de bonne volonté », pour qui la continuation du système ne serait concevable que si les accusés bénéficient de procès équitables et d’une défense adéquate, que la peine soit juste et proportionnée et que le risque d’exécuter un innocent soit éliminé. Faute de telles garanties, la Constitution n’est pas respectée et l’idéal de justice égale pour tous n’est pas atteint.
D’une façon générale, le mouvement vers l’abolition semble progresser dans le pays.
Plusieurs états ont instauré un moratoire ou un sursis sur les exécutions : l’état de Washington (2014), l’Orégon (2011), le Colorado (2013).
On compte 5 états abolitionnistes : le New Jersey (2007), le Nouveau Mexique (2009), l’Illinois (2011), le Connecticut (2012), le Maryland (2013). Dans l’état de New York, il a été statué que la peine de mort violait la constitution de l’état.
Ce mouvement semble aussi être motivé par le souci de figurer parmi les derniers pays développés qui recourent à la peine capitale, tandis que le nombre de pays abolitionnistes grandit.
Ces décisions sont largement applaudies par les Nations Unies qui encouragent les autres états à suivre l’exemple des états abolitionnistes

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.