Peine de mort : des chiffres.

Le rapport d’Amnesty donne une vue d’ensemble de la peine de mort dans le monde en 2014.
Vous pouvez le consulter via le lien au bas de cet article.

Brièvement quelques chiffres significatifs.

Brièvement, quelques données significatives.

Un nombre inquiétant de pays a recouru à la peine de mort pour répondre aux menaces réelles ou présumées contre la sûreté de l’État et la sécurité publique que représentent le terrorisme, la criminalité et l’instabilité interne – alors même que la peine de mort n’a pas un effet plus dissuasif sur la criminalité que d’autres formes de châtiment.

En 2014, le nombre de condamnations à mort recensées par Amnesty International a connu une nette augmentation dans le monde. À la connaissance de l’organisation, le nombre de personnes condamnées à mort est passé d’au moins 1 925 en 2013 à au moins 2 466 en 2014, soit une hausse de 28 %.

Malgré ces revers inquiétants, des progrès importants sont à constater au niveau mondial. Le nombre d’exécutions recensées par Amnesty International est passé d’au moins 778 en 2013 à au moins 607 en 2014, soit une baisse de près de 22 %.

Dans toutes les régions du monde, à l’exception de l’Europe et de l’Asie centrale, on a constaté une baisse du nombre d’exécutions recensées en 2014, par rapport à 2013. Des progrès sont particulièrement notables en Afrique subsaharienne, où 46 exécutions ont été recensées dans trois pays – en 2013, 64 exécutions avaient eu lieu dans cinq pays. Le nombre d’exécutions recensées par Amnesty International dans la région Afrique du Nord et Moyen-Orient a diminué, passant de 638 en 2013 à 491 en 2014.

La tendance durable vers l’abolition de la peine de mort se confirme dans le monde. En 2014, 22 pays ont procédé à des exécutions, tandis qu’il y a 20 ans, en 1995, ce chiffre s’élevait à 41.

Amnesty International s’oppose en toutes circonstances et sans aucune exception à la peine de mort, indépendamment de la nature et des circonstances du crime commis, de la situation du condamné, de sa culpabilité ou de son innocence, ou encore de la méthode utilisée pour procéder à l’exécution.

La peine de mort viole le droit à la vie et constitue le châtiment le plus cruel, inhumain et dégradant qui soit.

Le rapport :

PDF - 6.6 Mo
Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées