Attentat de Charlie-Hebdo : une atteinte à l’essence de la démocratie

Chers tous,

Devant la barbarie perpétrée à Charlie Hebdo, devant le meurtre de Wolinski, Cabus, Tignous et Charb - ces caricaturistes incarnant plus que d’autres la liberté d’expression, à qui il revient de rendre pleinement hommage -, ces mots du politologue Jean-Yves Camus au Monde  :

« Tous les gens que je connaissais sont morts, ce que je peux vous dire, c’est qu’on a jamais vu, dans l’histoire de notre pays, un organe de presse être méthodiquement décimé selon un mode opératoire militaire. Aucun journal n’a été ainsi attaqué, car il y a un principe qui est celui de la liberté de la presse, qui était respecté jusqu’à présent. C’est un stade de l’escalade inimaginable. Les gens qui travaillaient à Charlie Hebdo n’ont aucun sentiment de haine envers qui que ce soit, surtout pas envers les musulmans. Ils sont dans la critique des religions. Ceux qui ont commis ces attentats n’ont rien compris. On est dans la haine absolue, la négation absolue de la pensée. En France, on a depuis trois siècles une presse qui a contribué à faire tomber bien des pouvoirs, la presse est libre et les Français y sont attachés, si les auteurs pensent qu’ils pourront faire tomber ainsi la liberté de la presse, ils se trompent. La première victime de l’idéologie islamiste radicale, comme le disait Charlie, ce sont les musulmans ». Propos tenus dans Le Monde.fr, éditions abonnés, 7 janvier 2015, à 14h11.

Notre Centre de recherche incluant dans son titre le beau nom de « démocratie », je tenais à partager avec vous cette première analyse. Ma pensée va aux victimes, à leurs familles mais aussi à tous ceux qui, aujourd’hui comme hier, se battent, militent ou réfléchissent pour faire en sorte que le mot de « démocratie » soit porteur d’une espérance qu’aucun acte barbare ne saurait fouler aux pieds.

Matthieu de Nanteuil, directeur du Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité (CriDIS, Institut IACCHOS, Université de Louvain). Louvain-la-Neuve, mercredi 7 janvier, 14h44.

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.