2016 : une année pour la justice Par Salil Shetty, Secrétaire général d’Amnesty International

2016 peut être une année de changement, cela ne tient qu’à nous.

On a parfois le sentiment que le monde ne tourne pas rond. Les conflits s’intensifient, alimentant la plus grave crise de réfugié-e-s que le monde ait connue depuis la Seconde Guerre mondiale. La discrimination à l’égard de certaines minorités est omniprésente. Certains régimes exercent une répression impitoyable à l’encontre des personnes qui défendent les droits humains.

Nous ne pouvons pas échapper à la réalité du monde dans lequel nous vivons. Mais nous pouvons nous battre pour le monde que nous souhaitons.

Cette année, unissons-nous avec celles et ceux qui, dans le monde entier, défendent les droits humains. Disons à nos gouvernements que 2016 est une année pour la justice.

Nous ne pouvons pas échapper à la réalité du monde dans lequel nous vivons. Mais nous pouvons nous battre pour le monde que nous souhaitons.
Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International

Disons-leur qu’ils ne peuvent pas à la fois parler de liberté d’expression et arrêter des manifestant-e-s et des dissident-e-s pacifiques. Qu’ils ne peuvent pas donner des leçons en matière de paix tout en faisant partie des plus grands fabricants d’armes de la planète. Et qu’ils ne peuvent pas prôner la défense des droits humains tout en refusant de mettre en place des itinéraires sûrs et légaux pour les réfugié-e-s cherchant à se mettre en sécurité à l’étranger.

À chaque fois que nos gouvernements nous déçoivent, nous devons leur demander des comptes. Nous devons faire preuve de solidarité et veiller à ce que personne ne soit oublié.

Nous avons de l’influence, utilisons-la. Nous voulons la justice, faisons en sorte de l’obtenir en 2016.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse