« Être humain, c’est faire preuve d’empathie » Par Corinne Mathieu, membre d’Amnesty depuis 30 ans et activiste bénévole du groupe local de Chaudfontaine

Retour sur l’engagement local dans le cadre de la campagne #JeSuisHumain-e d’Amnesty qui vise à faire de la Belgique un pays plus respectueux des droits des personnes fuyant les violences et les persécutions

Entretien avec Corinne Mathieu, membre d’Amnesty International depuis 30 ans et membre du groupe local de Chaudfontaine d’Amnesty depuis sa création

Un militantisme de longue haleine

Je me suis engagée auprès d’Amnesty International car j’étais outrée par l’injustice qu’il y avait - et qu’il y a toujours - dans le monde. J’ai été enseignante et je mettais un point d’honneur à parler des droits humains et d’Amnesty International à mes élèves. Ensuite, je suis devenue membre d’un groupe local. J’ai également ouvert une librairie pour la jeunesse où je développais de la littérature pour enfants et adolescents. Après avoir arrêté de travailler, j’ai décidé d’être également animatrice école pour Amnesty, un travail enrichissant au sein d’une belle équipe.

#JeSuisHumain-e : de l’engagement, de l’action et de l’empathie

Le problème de l’accueil des migrants est un question importante et à notre portée, il nous est possible d’intervenir et de faire bouger les choses.

Le groupe est très impliqué dans l’accueil. Cela va plus loin que le militantisme Amnesty, c’est dans la vie de tous les jours que nous souhaitons nous rendre utiles. C’était donc important pour le groupe de Chaudfontaine de concentrer ses efforts sur la sensibilisation de la population aux droits des migrants.

Être humain c’est pouvoir se mettre à la place des autres, c’est faire preuve d’empathie. Je crois qu’une fois qu’on s’ouvre à l’autre, on peut se mettre à sa place, on comprend ce qu’ils vivent et on veut les aider. C’est ça être humain.

Je crois qu’une fois qu’on s’ouvre à l’autre, on peut se mettre à sa place, on comprend ce qu’ils vivent et on veut les aider. C’est ça être humain.

Voir aussi : #JeSuisHumain-e

L’humanité à travers un événement

Nous avons fait venir l’exposition pendant une semaine à la gare de Chaudfontaine en collaboration avec le foyer culturel de Chaudfontaine. Des élèves de sixième primaire, près de 150, sont venus visiter l’exposition. Nous étions passés dans leur classe en amont pour leur parler d’Amnesty International et leur dire un mot sur les photos qu’ils allaient voir.

La semaine a été clôturée par une grande soirée de sensibilisation sur le thème des migrants à l’école Marcel Thiry au cours de laquelle l’exposition était également visible. Nous avons à cette occasion convié différents intervenants, notamment la Voix des sans-papiers à Liège qui a pu exposer ses tableaux de peinture et parler du quotidien des sans-papiers, de leurs espoirs et déceptions. Il y a également la lecture d’une nouvelle de Daniel Pennac, ainsi que la représentation de la pièce “D’autres” par la troupe Dora Dorës. Le tout agrémenté d’un grand buffet de cuisine du monde, préparé entre autre par une famille syrienne et des membres du groupes.

Un impact positif

La pièce, l’exposition, les témoignages, cela a permis de concrétiser la campagne et de lui donner encore plus de sens. Le public a été sensibilisé à la cause et a été particulièrement émus à la suite de la projection de la vidéo “L’humanité surgit d’un regard. Ouvrir les yeux, c’est la rencontrer” [1]. Ils ont voulu agir et ont signé notre pétition. Bien entendu la rencontre avec les sans-papiers et les comédiennes a été un moment riche avec des échanges humains. Par ailleurs, cet évènement a également favorisé la cohésion du groupe : organiser un événement comme ça, ça soude.

À partir du moment où on a l’opportunité de mener une campagne qui nous touche, on se dit qu’il faut qu’on fasse quelque chose autour de ça. L’exposition c’était un bon départ, mais il fallait la faire vivre dans un cadre plus large. Cela semblait une évidence et représentait une opportunité de faire participer et les enfants et le grand public de la commune à un même événement.

Ne pas fermez les yeux

La situation des migrants est criante d’injustice, des millions de migrants fuient la guerre, la dictature et d’autres situations insupportables. Il faut ouvrir nos portes, ne pas fermer les yeux. Ne pas avoir peur d’affronter cette réalité et voir ce qu’on peut faire pour l’améliorer.

Il faut ouvrir nos portes, ne pas fermer les yeux. Ne pas avoir peur d’affronter cette réalité et voir ce qu’on peut faire pour l’améliorer.

Une phrase prononcée par Jean-Paul Mari (reporter qui est parti sur l’Aquarius au secours des migrants en Méditerranée) m’interpelle particulièrement et résume à mes yeux la campagne #JeSuisHumain-e. À la question “Qu’est ce qui réunit les sauveteurs de l’Aquarius ?”, il a répondu “une conviction commune devant ces gens qui noient ; être un homme c’est ne pas détourner le regard”.

Eux aussi, ils sont Humain·e·s

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la cruauté des USA envers celles et ceux qui ont besoin de protection

Détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort est cruel. Demandez à Donald Trump de respecter les lois internationales en matière de demande d’asile : signez la pétition !