Fêtons la population irlandaise, qui réclame la reconnaissance d’un droit fondamental pour les femmes

La Saint-Patrick est la célébration de tout ce qui fait la grandeur de l’Irlande - et nous pouvons désormais ajouter à la liste le soutien du public irlandais à un accès plus large à l’avortement.

Aujourd’hui, des gens du monde entier fêtent la Saint-Patrick et honorent ce que cela signifie d’être irlandais. La tour Eiffel s’illumine de vert en France, et aux États-Unis, le Premier ministre irlandais est reçu cette année par le président Obama à la célébration annuelle de cette fête à la Maison Blanche.

Nous devrions inclure parmi les raisons de se réjouir les avancées réalisées sur le terrain des droits fondamentaux, car celles-ci font également partie de l’identité irlandaise.

En mai dernier, l’Irlande est devenue le premier pays du monde à adopter par référendum la pleine égalité devant le mariage civil pour tous ses citoyens, quelle que soit leur orientation sexuelle. Cette victoire a été saluée sur la planète entière comme une lueur d’espoir pour ceux qui luttent en faveur de la justice, de la liberté et de l’égalité.

Le peuple irlandais demande désormais que ces mêmes principes d’égalité et de non-discrimination s’appliquent aux femmes et aux filles. Dans un pays doté d’une des lois les plus restrictives au mondeconcernant l’avortement, 87 % des personnes interrogées récemment souhaitent que davantage de femmes puissent interrompre leur grossesse.

Ce sondage, commandé par Amnesty International Irlande et effectué par Red C, montre que la population irlandaise est favorable au changement pour lequel Amnesty International se mobilise depuis le lancement de l’action Ce n’est #pasunecriminelle en juin 2015.

Il n’y a qu’à regarder les chiffres pour voir à quel point les mentalités ont évolué en Irlande sur le terrain de l’avortement :

1. 87 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles souhaitaient que davantage de femmes aient la possibilité d’avorter, soit une augmentation de 6 % par rapport aux résultats d’un précédent sondage réalisé en mai 2015, juste avant le lancement de Ce n’est #pasunecriminelle en Irlande.
2. 72 % souhaitent que l’avortement soit dépénalisé, soit une augmentation de 5 % depuis mai 2015.
3. 80 % savent que les femmes et les jeunes filles sont autorisées à avorter dans certaines circonstances, ce qui représente une hausse de 10 % depuis mai 2015.
4. 66 % estiment qu’il est « hypocrite » que la Constitution interdise l’avortement en Irlande mais permette aux femmes de se rendre à l’étranger pour y subir une interruption de grossesse.
5. 72 % pensent que contraindre des femmes à avorter dans un autre pays introduit une discrimination à l’égard de celles qui n’ont pas les moyens ou ne sont pas en mesure de se rendre à l’étranger.
6. 55 % décrivent les lois irlandaises relatives à l’avortement comme « cruelles et inhumaines ».
7. 68 % ont le sentiment qu’il faut faire confiance aux femmes quand elles disent qu’elles ont besoin d’avorter, quelles que soient les circonstances.
8. 5 % seulement s’opposent à l’avortement dans tous les cas. 34 % de ces personnes voteraient pourtant pour l’abrogation du 8e Amendement à la Constitution irlandaise, qui dispose que le droit à la vie du fœtus est égal à celui de la mère.

Il est temps d’en finir avec le mythe selon lequel l’avortement est une question qui divise l’opinion en Irlande. Ou que parce qu’une majorité de personnes se sont prononcées en faveur du 8e Amendement en 1983, une majorité d’Irlandais le soutient encore à ce jour. C’est faux. Les Irlandais veulent que les droits fondamentaux des femmes et des filles soient respectés par leur Parlement nouvellement élu.

Depuis plus de 20 ans, les gouvernements irlandais successifs refusent de réformer la législation irlandaise sur l’avortement, en dépit des nombreuses critiques des organismes internationaux de défense des droits humains. Espérons que le nouveau gouvernement écoutera.

Ce n’est #pasunecriminelle s’inscrit dans Mon corps, mes droits, la campagne mondiale d’Amnesty International sur les droits en matière de sexualité et de reproduction.
Signez notre pétition dès aujourd’hui. Dites à l’Irlande de modifier sa loi sur l’avortement.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse