Lettre de prison. « Quand connaîtrai-je à nouveau le bonheur d’une fête en compagnie de ma famille et de mes amis ? »

Mahmoud Hussein, 19 ans, a été arrêté le 25 janvier 2014 au Caire parce qu’il portait un t-shirt affichant le slogan et le logo de la « Campagne pour une nation sans torture » ainsi qu’une écharpe avec le logo de la « Révolution du 25 janvier ». Il a été torturé et a subi des mauvais traitements au cours de sa détention, et son ordonnance de placement en détention provisoire a depuis été constamment renouvelée.

Le 8 octobre, sa détention a été une nouvelle fois prolongée. À l’heure actuelle, cela fait plus de 620 jours qu’il est en prison sans inculpation ni jugement. Il est un prisonnier d’opinion, incarcéré pour le seul motif d’avoir exercé son droit à la liberté d’expression et de réunion.

Mahmoud est détenu dans la prison de Tora, au Caire. Voici une lettre qu’il a écrite récemment :

« Le bonheur de l’Aïd. Que pourrais-je dire sur l’Aïd, cet événement qu’Allah nous donne de célébrer deux fois par an, une fois pour l’Aïd el Fitr, après le mois islamique sacré du ramadan, et plus récemment pour l’Aïd el Kebir, la fête du sacrifice ? Ces fêtes rassemblent la famille et les amis afin qu’ils puissent savourer la compagnie les uns des autres.

« Je n’ai plus connu cette joie depuis mon arrestation à l’âge de 18 ans. Je suis toujours en détention, et j’aurai 20 ans en janvier. Je ne sais même pas quand mon emprisonnement prendra fin, ni pourquoi j’ai été arrêté en premier lieu. Je ne sais même pas de quoi je suis accusé puisque j’ai passé tout ce temps en prison sans inculpation ni jugement. Quand cela s’arrêtera-t-il ? Tant que je serai considéré comme coupable, cela pourrait ne jamais arriver.

« Serai-je jugé pour un but, une idée ou un rêve que tant d’entre nous ont fait depuis la Révolution du 25 janvier, en 2011 ? J’ai rêvé, et tant de jeunes gens avec moi, que l’oppression, la torture et le meurtre des jeunes prennent fin. Les jeunes ont rêvé de vivre dans une nation sans torture. Ce jour arrivera, et ce rêve deviendra réalité dans cette nation, ce rêve pour lequel tant de jeunes femmes et jeunes hommes ont versé leur sang, et pour lequel tant d’entre eux sont toujours en prison.

« Dans ce pays, l’oppresseur, l’assassin et ceux qui dominent nos droits sont vus comme honorables, tandis que ceux qu’ils tuent ou mettent en prison sont stigmatisés comme des traîtres ou des espions.

« Un jour, l’oppression prendra fin dans cette nation, et ce sera le temps de l’amour et de la révolution. Alors, je sentirai vraiment la joie de l’Aïd avec le rassemblement des proches, la nation deviendra pure et belle, et l’Égypte sera comme une mariée libre. »

Mahmoud Mohamed Hussein, prison de Tora

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.