Tchad : Les mesures d’austérité anéantissent les rêves et les ambitions des étudiants Par Balkissa Ide Siddo, chercheuse d’Amnesty International sur l’Afrique centrale

Alors que le souffle du vent venait teinter le paysage de nuances orangées crépusculaires, nous nous sommes installées sous un margousier d’un quartier pauvre de la périphérie de N’Djamena, la capitale tchadienne, pour y rencontrer un groupe d’étudiants.

Il devait être 17 h 30. Ma collègue et moi-même étions en pleine mission sur le terrain. Nous enquêtions sur les conséquences dévastatrices des mesures d’austérité imposées par le gouvernement à la population et nous tenions à entendre l’avis de quelques-uns des nombreux étudiants en plein doute après avoir été promis à un avenir radieux.

Seize étudiants de l’université publique, qui venaient de diverses parties du pays, étaient présents pour débattre et nous expliquer les difficultés financières auxquelles ils étaient confrontés depuis la décision du gouvernement, en août 2016, de supprimer la bourse mensuelle de 28 000 francs CFA (53 dollars des États-Unis) pour tous les étudiants, sauf les étudiants en médecine, ceux qui suivaient une formation professionnelle et ceux qui étudiaient à l’étranger.

Après une introduction sur les objectifs de cette réunion, l’un des étudiants s’est levé et a tout de suite donné le ton :

«  Ces décisions sont injustes et en contradiction avec les déclarations des autorités selon lesquelles l’éducation serait une priorité absolue [...]. Ils ne nous ont pas consultés  », a-t-il affirmé.

«  Ils ont dit qu’ils allaient réinvestir l’argent économisé (grâce à la suppression des bourses) pour améliorer nos conditions d’études, par l’intermédiaire du centre d’aide sociale aux étudiants de l’université... Rien n’a été fait. Nous étudions dans des conditions très difficiles. Vous êtes allées à l’université de Toukra ? Nous n’avons pas d’électricité depuis plus d’un an maintenant et nous manquons d’eau sur le campus [...]. Quand nous avons protesté contre cette décision, nous avons été frappés, arrêtés et certains d’entre nous ont été placés en détention.  »

Les uns après les autres, les étudiants ont pris la parole. Nous avons écouté leur déception, et parfois leur colère, face aux mesures d’austérité qui ont déclenché de nombreuses manifestations ces deux dernières années. Même le vent s’est calmé, comme s’il voulait lui aussi entendre leurs témoignages.

De nombreuses bourses supprimées

Avec les soins de santé, l’éducation est l’une des grandes victimes des coupes budgétaires draconiennes. Près du tiers des étudiants de l’enseignement supérieur du Tchad a été touché par la suppression des bourses mensuelles décidée par le gouvernement. Les conséquences sont particulièrement catastrophiques pour les étudiants issus de milieux marginalisés, par exemple ceux qui vivent dans des zones rurales ou viennent de familles pauvres.

La plupart des étudiants avec lesquels nous nous sommes entretenues sous le margousier viennent de zones rurales et utilisaient leur bourse pour payer leur loyer, leur nourriture, leurs frais de transport jusqu’à l’université et d’autres factures. Avec la suppression de ces aides, de nombreux étudiants se retrouvent désormais dans une situation désastreuse.

«  J’ai six mois de loyer en retard et je ne sais pas où demander de l’aide », a expliqué Bachir, un orphelin dont la famille vit dans un village.

« Avant, j’utilisais ma bourse – même lorsque je la recevais en retard – pour payer mon loyer et pour d’autres besoins. Maintenant, elle n’existe plus. Depuis qu’elle a été supprimée par les autorités, je ne sais pas quoi faire.  »

Les emplois sont rares au Tchad

Parmi les étudiants, les plus chanceux ont trouvé des emplois d’agent de sécurité, de vendeur de cartes de téléphonie mobile ou de chauffeur de moto-taxi. Mais ils ont ensuite du mal à concilier travail et études, et ils sont trop souvent contraints de manquer des cours pour gagner un peu plus d’argent et arriver à joindre les deux bouts.

Des responsables du ministère de l’Enseignement supérieur nous ont indiqué qu’ils prévoyaient de rétablir les bourses pour les étudiants défavorisés et d’augmenter le budget du centre d’aide sociale aux étudiants afin d’améliorer les conditions d’études, mais ils ont reconnu que rien de tout cela n’avait été fait et ils n’ont pas pu confirmer les dates de mise en œuvre de ces projets.

Toujours plus de pauvreté et des frais d’inscription toujours plus élevés

En octobre 2017, les autorités ont pris une décision qui a rendu la vie des étudiants encore plus difficile en multipliant par deux les frais d’inscription dans les universités publiques – sauf pour les étudiants en médecine et pour ceux qui suivent des cursus professionnels. Désormais, les nouveaux étudiants doivent débourser 50 000 francs CFA (94 dollars) pour s’inscrire. De nouveaux frais de réinscription, d’un montant de 28 000 francs CFA (53 dollars), ont été introduits pour les étudiants qui poursuivent leurs études. Auparavant, ces frais étaient subventionnés par le gouvernement.

Face à ces coûts plus élevés, les étudiants ont encore plus de difficultés à payer leurs études et leurs factures. La plupart des 16 étudiants que nous avons rencontrés nous ont confié qu’ils craignaient de ne pas pouvoir poursuivre leurs études.

Ils étaient particulièrement inquiets pour leurs amis venant de zones rurales et appartenant à des classes sociales plus pauvres, car cette nouvelle mesure allait empêcher certaines personnes d’entamer un parcours universitaire, les privant d’un avenir meilleur.

Violence et prison en réponse à des manifestations pacifiques

Pour protester contre les répercussions négatives des mesures d’austérité du gouvernement sur leur vie et sur leurs espoirs de réussite universitaire, de nombreux étudiants sont descendus dans la rue afin de manifester pacifiquement. À plusieurs reprises, ils ont été la cible de violences policières et ont été frappés, arrêtés et, parfois, emprisonnés. Trois d’entre eux et un lycéen de 21 ans qui s’est joint à notre discussion plus tard ont été arrêtés et condamnés à des peines de prison après avoir participé à des manifestations contre les conséquences des mesures d’austérité sur l’éducation.
De janvier à mars 2018, Amnesty International a recensé au moins 150 arrestations pour « participation à une manifestation non autorisée » et « trouble à l’ordre public ». La majorité des personnes arrêtées étaient des étudiants et au moins 42 d’entre eux ont été condamnés à des peines d’un à quatre mois d’emprisonnement.

Une autre voie est possible

Au lieu de recourir à des mesures qui, dans les domaines de l’éducation comme de la santé, frappent tout particulièrement les plus pauvres, le gouvernement tchadien devrait rechercher d’autres moyens d’équilibrer son budget. En éliminant les possibilités d’évasion fiscale et en s’attaquant à la corruption, il aurait pu s’employer à réduire son déficit de manière non seulement plus juste, mais aussi plus efficace. D’après le FMI, le Tchad a perdu 1 090 millions de dollars à cause de l’évasion fiscale en 2013. Ce montant représente près du double des dépenses totales du pays en matière d’éducation et de santé au cours de la même année, qui s’élevaient à 555 millions de dollars avant l’application des coupes budgétaires.

Tenir ses promesses et respecter ses obligations légales

Je ne peux m’empêcher de songer aux mots prononcés par le président Idriss Deby Itno pendant la conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation, qui s’est tenue à Dakar en février 2018. À propos de la pauvreté, du sous-développement, du conflit et du terrorisme, il a déclaré : « Le moyen le plus sûr pour combattre ces fléaux de façon durable est d’assurer à tous les enfants, y compris les plus marginalisés, une bonne éducation.  »

Lors du même sommet, il a également annoncé que le gouvernement était résolu et déterminé à augmenter la part du budget national alloué à l’éducation pour atteindre 20 % du budget national d’ici à 2020.

À la nuit tombée, nous avons quitté le groupe d’étudiants après quelques mots d’encouragements. Sur le chemin de l’hôtel, nous sommes restées silencieuses, ma collègue et moi. Une question me restait à l’esprit : les engagements pris par le président Idriss Deby Itno lors de la conférence de financement 2018 du Partenariat mondial pour l’éducation deviendront-ils un jour réalité pour tous les étudiants tchadiens qui aspirent à une éducation accessible et de qualité, ainsi qu’à un avenir meilleur ?

Ce sont les autorités qui ont la responsabilité d’améliorer les perspectives de tous les jeunes du pays.

Pour commencer, elles doivent évaluer les répercussions des mesures d’austérité sur les droits des Tchadiens en matière d’accès à l’éducation et à d’autres secteurs, comme la santé et les services sociaux. Cette évaluation permettrait d’orienter la nouvelle réforme législative et politique qui s’impose afin de faire en sorte que le Tchad respecte ses obligations légales en garantissant à chacun la possibilité d’exercer ses droits économiques et sociaux.

Le 16 juillet 2018, Amnesty International a lancé un rapport qui met en lumière les conséquences des mesures d’austérité sur les droits économiques, sociaux et culturels de la population.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la cruauté des USA envers celles et ceux qui ont besoin de protection

Détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort est cruel. Demandez à Donald Trump de respecter les lois internationales en matière de demande d’asile : signez la pétition !