Un couple de réfugiés syriens gays construit un nouvel avenir en Allemagne

Par Lorna Hayes et Khairunissa Dhala, de l’équipe Réfugiés et migrants d’Amnesty

Said et Jamal ont fui la Syrie après avoir été torturés en raison de leur engagement politique. Ils viennent de démarrer une nouvelle vie à Berlin, la capitale allemande, où ils ont été accueillis au titre de la réinstallation.

« Nous avons pleuré de joie, déclare Jamal* en évoquant le moment où lui et Said*, son compagnon, ont appris que l’Allemagne leur ouvrait ses portes.
« Ça a été un moment de bonheur. Nous avons été surpris d’être rapidement acceptés pour une réinstallation, [après seulement] six mois. »

Said et Jamal ont eu de la chance. Beaucoup d’autres réfugiés qui peuvent prétendre à la réinstallation attendent bien plus longtemps l’appel téléphonique décisif annonçant qu’ils peuvent s’installer pour de bon dans un lieu sûr et en paix.

Un nouveau chez-soi à Berlin

Nous trouvons Said et Jamal au milieu des cartons et des meubles, en train de déballer leurs affaires et de s’organiser dans leur nouvel appartement. Leur soulagement est perceptible, ils rayonnent de bonheur : cela fait bien longtemps qu’ils n’avaient pas eu un lieu où s’installer.

Tous deux étaient journalistes en Syrie. Engagés en politique, ils ont été arrêtés par les forces de sécurité, puis torturés. Il était trop dangereux de rester, et ils ont fui au Liban en 2014.

Mais Jamal, qui est séropositif, ne pouvait pas obtenir dans ce pays le traitement dont il a besoin. En janvier 2015, le HCR, l’Agence des Nations unies pour les réfugiés, leur a tendu une planche de salut. On leur a proposé un accueil à Berlin dans le cadre du programme d’admission à titre humanitaire des réfugiés syriens mis en place par l’Allemagne.

Comme une famille

« Nous avons quitté le Liban le 8 janvier 2015, explique Said. Il faisait si froid quand nous avons débarqué de l’avion ! Nous étions à la fois très impatients et inquiets, se souvient Jamal. Nous ne savions pas ce qui nous attendait. Nous nous étions préparés pour tout. »

Après avoir passé 12 jours dans un centre de transit pour réfugiés, les deux hommes ont été placés dans un Wohnheim, un foyer d’hébergement pour les familles et les jeunes. « Nous avions notre propre appartement, explique Jamal, ils nous ont pris en compte comme une famille, pas comme deux adultes isolés. Nous avons eu vraiment de la chance !  »

Ils ont décidé de partir au bout de neuf mois parce qu’ils ne sentaient pas à l’aise. « Une personne qui suivait les cours d’allemand avec moi savait que j’étais gay et l’a dit à nos voisins », explique Jamal.

Ils ont fait une demande d’appartement et ont dû avoir de nombreux entretiens avec leur assistante sociale. Ils ont fini par obtenir l’aide d’une organisation de soutien aux personnes vivant avec le VIH.

Construire une nouvelle vie

Lorsqu’ils sont arrivés en Allemagne, Jamal craignait de se trouver à court du traitement antirétroviral dont il a besoin pour rester en bonne santé. Maintenant qu’il est pris en charge par un médecin, il peut se consacrer à d’autres choses, par exemple à apprendre la langue. Said dit en plaisantant qu’il est jaloux de Jamal, qui apprend l’allemand à toute vitesse.

Tous deux suivent des cours cinq jours par semaine et doivent valider le premier niveau avant de pouvoir postuler à un emploi. En attendant, ils font un peu de journalisme en ligne – sans être payés pour le moment.
Ils ont de nouveau une vie sociale, et c’est une vraie délivrance après le stress de plusieurs années à fuir. « Ça a été l’une des choses les plus difficiles, nous dit Jamal. Il faut beaucoup de temps pour établir la confiance. Mais nous nous sommes déjà fait de bons amis – des Allemands, des Israéliens et des Norvégiens. »

Et tous deux apprécient beaucoup Berlin, une ville accueillante où l’on peut vivre ouvertement son homosexualité. « C’est si différent du Liban ou de la Syrie, dit Jamal. Au Liban il y a deux clubs [gays], mais c’est illégal [d’être homo]. »

Donner quelque chose en retour

Pour le moment, Said et Jamal ne pensent qu’à construire leur avenir, et pour commencer, à terminer leurs études universitaires. « J’aimerais bien aussi m’engager dans un parti politique ici, nous dit Said. En Syrie, nous étions militants et nous avons participé aux manifestations [du début 2011, à l’époque où le conflit a éclaté.]

« Je veux travailler avec d’autres réfugiés installés à Berlin, déclare Jamal. Je suis réfugié, alors je sais ce dont ils ont besoin. Ce serait vraiment bien de pouvoir aider les autres de la même façon que moi j’ai été aidé. »

« La plupart des Syriens qui arrivent ici ont des problèmes psychologiques en raison de ce qu’ils ont vécu, ajoute Said. Ils ont le sentiment d’avoir tout perdu : leurs amis, leur famille, leur travail – leur vie. »

Jamal explique que certains réfugiés ont peur et préfèrent ne pas révéler leur orientation sexuelle ou leur éventuelle séropositivité. «  Et s’ils ne disent rien, ils ne peuvent pas être aidés. Nous pourrions intervenir par exemple en assurant la traduction pour des gens qui ont à parler de choses délicates. Vous imaginez la situation si je ne pouvais pas parler de mes problèmes de santé ? Ce serait catastrophique. »

La réinstallation a donné à Said et Jamal la possibilité de commencer à reconstruire la vie qu’ils ont été contraints de laisser derrière eux en Syrie. « Nous voulons travailler, être indépendants, avoir un bon travail et un salaire, expliquent-ils. Comme avant. »

Actuellement, plus de 4 millions de réfugiés de Syrie ont trouvé abri dans seulement cinq pays de la région voisine. Amnesty demande que 400 000 d’entre eux, ceux que le HCR considère comme les plus vulnérables, soient réinstallés dans des pays riches d’ici à la fin de l’année 2016. La réinstallation est une planche de salut pour les réfugiés les plus vulnérables dans le monde, notamment les personnes avec de graves problèmes de santé. Nous estimons que 1,45 million de personnes auront besoin de cette protection vitale d’ici à la fin de 2017.

*Les noms des deux hommes ont été modifiés pour protéger leur anonymat.