Les incendiaires

Il y a des hommes politiques qui soufflent sur les braises de la haine de l’autre. Qui attisent les tensions plutôt que de promouvoir le vivre ensemble. Bart De Wever est de ceux-là. En réclamant un statut spécial pour les réfugiés qui bénéficieraient de trop d’avantages, le président de la N-VA ne fait pas que proférer des contre-vérités sur antenne.

L’émission de la VRT « Ter Zake » est fort écoutée en Flandre et quand un polémiste comme Bart De Wever s’y présente, c’est l’audience assurée. Mercredi soir, le président de la N-VA a fait très fort en réclamant un « statut spécial » pour les réfugiés reconnus en Belgique. Passons sur le fait que ce statut spécial serait illégal en raison des réglementations européennes, De Wever a seulement mentionné cette idée pour faire entrer dans la tête des auditeurs une autre, essentielle celle-là : les réfugiés sont des profiteurs. De Wever dit : « Quelqu’un qui est reconnu réfugié reçoit un salaire, des allocations familiales. Il peut demander un logement social. Surtout il a une priorité sur les autres citoyens parce qu’il est sans abri ».
Un réfugié reconnu a les mêmes devoirs et les mêmes droits qu’un Belge. Ni plus ni moins et même plutôt moins pour tout ce qui concerne ses déplacements à l’étranger. Il a un salaire, à condition de trouver du travail et il ne reçoit aucun coup de pouce particulier pour en trouver. Il a droit aux allocations familiales pour ses enfants, aux mêmes conditions que les Belges. Il peut demander un logement social et avoir aussi peu de chances de l’obtenir que les autres citoyens. Pour le logement, De Wever mélange le vrai et le faux. En sortant des structures d’accueil, le réfugié et sa famille sont effectivement assimilés à des sans-abri. Depuis fin 2013, ils ont droit à une allocation de relogement qui est accordée à tous les Belges à faibles revenus qui quittent la rue ou tout simplement un logement de mauvaise qualité. L’allocation de déménagement versée une seule fois, varie entre 400 et 500 euros selon les Régions. Les allocations loyer, versées à tous les locataires en difficulté, sont versées pendant une période déterminée (entre deux et cinq ans) et tournent autour de 100 à 150 euros par mois. Une fois encore, les conditions de revenus pour bénéficier de ces aides sont les mêmes que pour les Belges. Pas plus, pas moins. On notera qu’en Flandre, les conditions d’accès à l’allocation loyer pour les bas revenus sont particulièrement sévères….
Bart De Wever a oublié de mentionner une chose importante, concernant les droits des réfugiés. Ils sont quasi équivalents à ceux des Belges. Quasi puisque, légalement, ils ne sont pas Belges. La plupart des réfugiés reconnus font la démarche pour le devenir. Or la N-VA est à l’origine d’une modification de la loi sur l’acquisition de la nationalité belge, bien plus restrictive et qui ne permet plus aux réfugiés reconnus de bénéficier de conditions particulières pour accéder à celle-ci. C’est contraire à la Convention de Genève et le Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations-Unies a d’ailleurs tancé notre pays pour avoir adopté cette loi.

Schengen ? Oui mais non

Avant d’être reconnu réfugié, encore faut-il que le demandeur d’asile arrive sur le territoire belge et là, Bart De Wever reprend à sa manière le couplet sur Schengen-je-ne t-aime-plus, entamé par Charles Michel. En le modifiant un peu pour ne pas devoir lui payer de droits d’auteurs mais la tonalité est la même : Schengen d’accord, mais tout de même si on pouvait changer les règles de libre circulation pour empêcher tous ces demandeurs d’asile d’arriver « massivement » ( ???) en Belgique, en France ou en Allemagne et aux Pays-Bas, ce serait mieux. Et de plaider pour un partage équitable des migrants entre pays européens. Un partage équitable ? N’est-ce pas ce que la Commission européenne a tenté de faire en proposant des quotas qui bien entendu ont été refusés car jugés « inéquitables » par de nombreux Etats. Dont la Belgique par la voix de son Secrétaire d’Etat à l’Asile Théo Francken (N-VA) .
Mais, cette fois, on ne va pas accabler Theo Francken. Au contraire. Le Secrétaire d’Etat nous étonne positivement. Il a fait preuve d’un certain courage politique en appelant chaque commune à poser un geste fort en accueillant une famille de réfugiés et plus encore en démontant sur sa page Facebook les préjugés et les contre-vérités qui circulent, sur le réseau social, à propos des avantages indûs dont bénéficieraient les demandeurs d’asile. Il pourrait utilement répondre à son président sur ses allégations à propos des réfugiés reconnus...
On ne peut s’empêcher d’ailleurs de penser que la sortie de De Wever est aussi un message au Secrétaire d’Etat, une manière de lui rappeler que sur le terrain de l’immigration, on gagne des électeurs en soufflant sur les braises plutôt qu’en tentant d’apaiser les esprits. Quoique…

Farid et Issa, défenseurs Palestiniens en danger

Farid et Issa militent pour la non-violence et font face à d’incessantes menaces et agressions de la part de soldats et de colons israéliens. Aidez-les ! Signez notre pétition