MIGRANTS ET RÉFUGIÉS : UNE CRISE D’HUMANITÉ

Non ce n’est pas une « crise des réfugiés », c’est une crise de l’humanité. Juste parce qu’il s’agit d’humains qui devraient protéger d’autres humains de la folie de certains autres humains.
Une carte blanche collective publiée à la veille de la marche européenne pour les droits des réfugiés ce samedi 27 février 2016 à Bruxelles.

Arnaud Zacharie
Pierre Verbeeren
Caroline Intrand
Alexis Deswaef
Philippe Hensmans

Depuis longtemps déjà, la politique de fermeture des frontières de l’Union européenne a généré des naufrages, des atteintes aux droits humains et entraîné dans son sillage une xénophobie grandissante.

Depuis quelques mois, l’affolement généralisé face à l’arrivée importante de réfugiés en Europe, sur fond de montée de la menace terroriste, fait émerger les élans les plus sordides chez la majorité des dirigeants politiques européens. Il semblerait que la seule boussole politique de l’Union européenne soit désormais celle du cynisme absolu.

Retenir les réfugiés le plus en amont possible, pour qu’ils n’atteignent pas nos territoires européens, voilà la stratégie de l’Union européenne.

Retenir les réfugiés le plus en amont possible, pour qu’ils n’atteignent pas nos territoires européens, voilà la stratégie de l’Union européenne. Et cela a réellement fonctionné. Alors que des dizaines de milliers de personnes sont actuellement en train de fuir les bombardements en Syrie, la Turquie leur ferme sa frontière, sous influence contradictoire de l’Union européenne qui a d’abord fait pression pour la fermeture de la frontière terrestre et demandé l’introduction de visas pour les Syriens arrivant par voie aérienne, puis plaidé pour l’ouverture de cette frontière. La Turquie, qui accueille déjà 3 millions de réfugiés sur son sol, pourrait prochainement être qualifiée de « pays tiers sûr ». Cela permettrait aux États européens de pouvoir refouler en Turquie les demandeurs d’asile qui auraient transité par ce pays avant d’arriver sur leur territoire, dégageant ainsi l’Europe de toute responsabilité de solidarité envers des peuples meurtris par la guerre, les conflits, la terreur.

Cela signifie également que l’Union européenne bafoue ses obligations internationales et morales vis-à-vis des réfugiés. La Convention de Genève a été conçue au sortir de la Seconde Guerre mondiale pour la protection des populations déplacées et pour asseoir la notion de protection internationale. Il s’agissait de contraindre les États, par un traité international, à s’occuper des personnes fuyant les persécutions, à leur accorder des droits équivalents à ceux de leur population et à aller au-delà de la souveraineté nationale pour ouvrir leurs portes à ceux qui cherchaient à vivre en paix. C’était donc un instrument de paix conçu au sortir d’une guerre terrifiante. Aujourd’hui, il semble clair que les dirigeants européens en place ne sont plus capables d’être à la hauteur de l’esprit de cette convention.

Les dirigeants européens en place ne sont plus capables d’être à la hauteur de l’esprit de la convention de Genève

Pour nous, citoyens européens, cela signifie aussi qu’en notre nom sont prises des décisions avec lesquelles nous sommes en désaccord profond : les murs érigés sur les frontières terrestres entre la Turquie et la Grèce, entre la Turquie et la Bulgarie ou la clôture à la frontière macédonienne mise en place pour éviter que les réfugiés ne remontent vers l’Europe du nord par la route des Balkans, le renforcement des contrôles maritimes et terrestres avec l’envoi d’agents de Frontex… Et maintenant des navires de l’OTAN entraînant des passages à haut risque par la mer Egée, où l’on déplore depuis début 2016 la mort de plus de 400 personnes, s’ajoutant à la longue liste de morts en Méditerranée depuis 20 ans.

Nous ne pouvons plus tolérer de voir des photos d’autres petits Aylan tous les matins sur nos écrans sans perdre totalement foi dans l’Union européenne, dans nos dirigeants, pire, dans nos concitoyens.

Car le problème vient également du fait que le sentiment de profonde indignation ressenti par beaucoup d’entre nous ne semble pas partagé par tous : pourquoi l’élan simple d’humanité et de solidarité qui devrait s’exprimer aujourd’hui semble empêché ? Par peur d’être envahis par les étrangers ? Un million de réfugiés sont arrivés en Europe en 2015 pour plus de 500 millions d’habitants… Nous sommes loin de l’invasion. Par peur de perdre nos emplois, nos avantages sociaux ? Ceux qui nous font croire cela sont ceux-là mêmes qui prônent la dérégulation du marché du travail avec toutes les conséquences qu’elle a sur l’économie et l’emploi. Par peur de l’étranger, du terroriste, du criminel ? Nous savons que les réfugiés fuient précisément le terrorisme, et que c’est pour éviter la guerre et la barbarie qu’ils risquent leur vie et celle de leurs enfants.

Si nous continuons à cautionner la fermeture orchestrée par les États européens, c’est nous que nous condamnons à rester enfermés. Enfermés dans nos peurs, notre nationalisme, en compagnie de dirigeants qui ne protègent pas les intérêts de la paix, de la solidarité et de la vie. Ce sont les mêmes qui licencient, font baisser les salaires et les droits sociaux, encouragent le dumping social, ignorent les questions du climat ou coupent dans l’aide au développement. Dans la même logique, la même optique : celle du profit avant tout, à court terme, niant l’humanité.

Non ce n’est pas une « crise des réfugiés », c’est une crise de l’humanité. Juste parce qu’il s’agit d’humains qui devraient protéger d’autres humains de la folie de certains autres humains.

Non ce n’est pas une « crise des réfugiés », c’est une crise de l’humanité
C’est pourquoi les collectifs citoyens solidaires des réfugiés et des migrants ainsi que toute une série d’associations invitent tous les citoyens qui refusent cette politique meurtrière et menaçante à demander la mise en place d’un passage sûr et légal pour les réfugiés, lors d’une marche ce samedi 27 février 2016, à 13h30 à Bruxelles.

P.-S.

Source : tribune publiée sur rtbf.be, le 24 février 2016.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse