Dazibao février 2009 — violences conjugales

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 70 % des femmes victimes d’homicide ont été tuées par leur compagnon. Un ménage belge sur trois connaît dans son entourage des cas graves de violences conjugales, selon une étude menée par Amnesty International en Belgique. Plus de 2000 femmes portent officiellement plainte pour viol, chaque année en Belgique (et il ne s’agit que de la partie visible de l’iceberg).

Quelques rappels

La violence au sein du couple touche une femme sur cinq en Europe, dans toutes les couches de la population, que l’on soit riche ou pauvre, que l’on ait fait des études ou pas.
La violence conjugale peut se produire dès le début d’une relation de couple ou après des années de vie en commun. Cette violence peut être physique ou psychologique, mais aussi sexuelle ou économique. Si nous ne faisons rien, nos mères, partenaires, filles, sœurs, amies et collègues continueront à souffrir à la fois de la violence et du poids de notre silence.

Suis-je concernée ?

La plupart des couples connaissent des disputes occasionnelles. Entre égaux, on peut se fâcher sans que cela ait des conséquences graves. La violence conjugale est autre chose. Elle puise ses sources dans un souhait de domination de l’autre.
Elle doit se comprendre comme un cycle, une succession d’événements, certains apparemment peu importants (insultes, humiliations verbales), d’autres plus graves (gifles, coups,...). Au fil du temps, les explosions de violence deviennent plus fréquentes, jusqu’à devenir insupportables. Entre ces événements, l’auteur des violences tente de justifier son acte et de le minimiser. Il explique souvent ses gestes par un problème extérieur, comme le stress, l’alcool, le chômage... Ou alors, il tente de faire croire à la victime qu’elle est coupable, (« elle l’a bien cherché ») et souvent, la victime le croit et pardonne.
Puis, à la prochaine explosion, les violences reprennent de plus belle. Le fonctionnement de la violence conjugale évolue comme un cycle qui devient de plus en plus serré.
Même si chez certains couples, la violence en reste toujours aux premiers paliers, il n’est pas rare que la violence s’aggrave avec le temps. Cette escalade peut être rapide ou prendre des mois et/ou des années.

Découvrez la suite de nos conseils en téléchargeant le document ci-dessous :

PDF - 783.7 ko
Cliquez sur l’image pour charger le fichier au format pdf
Toutes les infos
Toutes les actions

Libérez celles qui se battent contre la peine de mort

Agissez pour demander la libération de trois défenseures iraniennes en prison pour avoir militer contre la peine de mort. Signez la pétition