Bénébou un jour, bénébou toujours !

Depuis 9 ans, les « bénébous », vendeurs bénévoles de bougies et, cette année, de vignettes, constituent une force de vente cruciale pour la campagne de fin d’année. Plusieurs d’entre eux nous livrent ici leurs sentiments quant à leur action.

Ingrid Calomme,
Institutrice à l’école communale n° 12 « Les Jardins d’Élise » à Ixelles :

« Adolescente, j’achetais des bougies Amnesty, déjà persuadée que chacun, à son niveau, peut faire quelque chose en faveur des droits humains dans le monde. Devenue institutrice dans l’enseignement primaire, j’ai décidé de sensibiliser les enfants au respect des droits humains et de participer chaque année avec des élèves à la Campagne de fin d’année.

Comment ? À travers diverses activités de sensibilisation adaptées à leur âge, mais aussi par des actions concrètes : envoi de cartes aux prisonniers, réalisation d’affiches, stands de vente de bougies et de cartes, possibilité pour les plus âgés d’être vendeurs “bénébou”… Les enfants découvrent l’importance du respect de la liberté d’expression de chacun, sont très motivés par ces actions, se sentent concernés, responsables, coopèrent pour mener à bien le projet, en parlent autour d’eux et… certains m’ont déjà demandé à la rentrée si j’aurais des bougies à vendre cette année. »

Yvette Vanescotte,
responsable d’un groupe local :

« Il ne faut pas croire que vendre peu de bougies ne vaut pas la peine : les petits ruisseaux font les grandes rivières. En plus, il ne s’agit pas seulement de vendre, mais de défendre nos idées sur les droits humains et de sensibiliser un public plus large aux valeurs d’Amnesty International. »

Jean-Jules Docquir,
bénébou :

« Lorsque je vends des bougies, je n’hésite pas à faire de l’humour. Ainsi, lorsqu’on me dit “j’ai encore celle de l’an dernier”, je réponds “avez-vous regardé la date de péremption ? Je suis sûr qu’elles sont périmées”. Les gens rigolent, comprennent l’astuce et achètent. »

Paul Léonard,
professeur au Collège Saint-Michel d’Etterbeek :

« Voici quelques années déjà que la “Cellule Jeunes” du Collège Saint-Michel, entourée par quelques professeurs motivés, se charge d’organiser une grande vente de bougies à l’intérieur de l’école. Dès les premières semaines de la rentrée, nous commençons à tout mettre en oeuvre avec le soutien de notre direction.

Nous élaborons le bon de commande avec Amnesty, qui sera distribué à tous les élèves et aux professeurs, soit environ 2000 personnes au total !

Après réception des deux commandes distinctes vers la mi-novembre, commence un gros travail de vérification, tri et préparation des commandes individuelles à répartir selon les classes. C’est un véritable travail d’équipe qui rassemble jeunes et adultes motivés autour d’un projet commun !

Les jeunes débordent d’un enthousiasme et d’un dynamisme communicatifs. Agir concrètement, au travers de la vente des bougies par exemple, leur donne la certitude de pouvoir changer les choses même s’ils n’ont pas encore de réel “pouvoir” dans la société.

En participant activement à leur “Cellule Jeunes”, ils se sentent évidemment concernés et utiles et peuvent donc dénoncer et réparer certaines injustices de ce monde. Tout cela dans la bonne humeur et la bonne entente !
 »

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse