Transmettre un héritage

Comment les générations qui nous suivront vont-elles reprendre la flamme des droits humains ?


Pour préserver l’autonomie totale de ses actions et son indépendance financière, Amnesty est financée principalement par ses membres et donateurs. En songeant à inclure la section d’Amnesty International-Belgique francophone dans votre testament, vous lui donnerez l’occasion d’agir pour une longue durée. Et vous favorisez ceux qui vous sont chers, grâce à la formule du legs en duo (voir plus loin).

Voici plusieurs possibilités d’envisager un testament en faveur d’Amnesty :

Si vous avez des héritiers directs (époux/épouse, enfants et petits-enfants), ils bénéficient d’une part légale de votre héritage, appelée part réservataire. Le reste, la quotité disponible, peut être attribué à une organisation de défense des droits humains comme Amnesty. Elle bénéficie de droits de succession réduits : 12,5% si le testament a été rédigé par une personne domiciliée dans la Région bruxelloise, 7% en Région wallonne et 8,8% en Flandre.

Si vos héritiers sont des parents éloignés ou des amis sans lien de parenté, ceux-ci devront s’acquitter de droits de succession élevés, pouvant atteindre plus de la moitié de la somme que vous souhaitez leur laisser ! La formule de legs en duo permet de limiter le paiement des droits de succession, tout en incluant Amnesty dans l’héritage. Exemple ci-dessous.

Si vous n’avez pas d’héritier direct ou éloigné, vous pouvez déclarer Amnesty International légataire universel. Elle s’acquittera alors de ses droits de succession de 12,5%, 7% ou 8,8% selon la Région.

Nicaragua : signez pour libérer une jeune étudiante belge

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !