Transmettre un héritage

Comment les générations qui nous suivront vont-elles reprendre la flamme des droits humains ?


Pour préserver l’autonomie totale de ses actions et son indépendance financière, Amnesty est financée principalement par ses membres et donateurs. En songeant à inclure la section d’Amnesty International-Belgique francophone dans votre testament, vous lui donnerez l’occasion d’agir pour une longue durée. Et vous favorisez ceux qui vous sont chers, grâce à la formule du legs en duo (voir plus loin).

Voici plusieurs possibilités d’envisager un testament en faveur d’Amnesty :

Si vous avez des héritiers directs (époux/épouse, enfants et petits-enfants), ils bénéficient d’une part légale de votre héritage, appelée part réservataire. Le reste, la quotité disponible, peut être attribué à une organisation de défense des droits humains comme Amnesty. Elle bénéficie de droits de succession réduits : 12,5% si le testament a été rédigé par une personne domiciliée dans la Région bruxelloise, 7% en Région wallonne et 8,8% en Flandre.

Si vos héritiers sont des parents éloignés ou des amis sans lien de parenté, ceux-ci devront s’acquitter de droits de succession élevés, pouvant atteindre plus de la moitié de la somme que vous souhaitez leur laisser ! La formule de legs en duo permet de limiter le paiement des droits de succession, tout en incluant Amnesty dans l’héritage. Exemple ci-dessous.

Si vous n’avez pas d’héritier direct ou éloigné, vous pouvez déclarer Amnesty International légataire universel. Elle s’acquittera alors de ses droits de succession de 12,5%, 7% ou 8,8% selon la Région.

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse