NOUS FÊTONS 40 ANS D’ACTIONS URGENTES

« JE SAVAIS QU’ILS NE POUVAIENT PLUS ME TUER. »

LES ACTIONS URGENTES, COMMENT ÇA MARCHE ?

UNE IDÉE SIMPLE

JPEG - 79.2 ko
@ Amnesty International France

La première [fond jaune]Action urgente[/fond jaune] diffusée par Amnesty, voilà 40 ans, était une nouvelle bouée de sauvetage lancée par les militants aux personnes emprisonnées. Une méthode qui porte toujours ses fruits.

Le concept était audacieux : demander à des milliers de gens du monde entier d’envoyer un courrier à quelqu’un de haut placé en l’invitant à libérer un prisonnier. C’est en 1973 que nous l’avons étrenné en publiant, depuis nos bureaux de Londres, au Royaume- Uni, une Action urgente (AU) accompagnée de l’essentiel des informations sur une personne en danger.

Et cela a marché. L’AU a incité des gens du monde entier à prendre leur plume pour exprimer leur indignation. Ensemble, ils ont permis d’obtenir la libération de Luiz Basilio Rossi, syndicaliste et professeur d’économie à l’université de São Paulo, au Brésil.

Dans un contexte d’informations préoccupantes sur une vague de répression contre les opposants politiques à la dictature militaire du Brésil, le domicile du professeur Rossi avait été encerclé par la police militaire, armée de mitrailleuses, le 15 février 1973. Il a été arrêté sans explication.

Son épouse, María, a été assignée à résidence mais est parvenue à faire passer un mot à un voisin l’informant de l’arrestation de son mari. L’information est finalement remontée jusqu’aux bureaux d’Amnesty à Londres.

Chercheuse à Amnesty à l’époque, Tracy Ulltveit-Moe avait eu vent d’informations inquiétantes faisant état d’actes de torture dans des prisons brésiliennes. Pionnière en ce domaine, elle a suggéré d’inonder les autorités brésiliennes de lettres réclamant des nouvelles de Luiz Basilio Rossi et sa libération immédiate. La méthode s’est avérée extrêmement efficace.

« NOUS AVONS REÇU UNE QUANTITÉ DE LETTRES EN PROVENANCE DU MONDE ENTIER »

« Votre époux doit être plus important que nous le pensions, a déclaré le directeur du Département de l’ordre public et du siège de la sûreté à l’épouse du professeur Rossi, parce que nous avons reçu une quantité de lettres en provenance du monde entier. »

Le professeur Rossi a été libéré le 24 octobre 1973. Il attribuera plus tard sa libération à l’action des militants d’Amnesty. « Je savais que mon cas avait été porté sur la place publique et qu’ils ne pouvaient plus me tuer. Les pressions dont je faisais l’objet se sont alors atténuées et mes conditions de détention se sont améliorées. »

JPEG - 56.8 ko
Au Venezuela, des militants courent pour « arrêter les balles » (avril 2013). #BastadeBalas

Aujourd’hui, l’AU est une méthode éprouvée qui porte ses fruits et nous en avons diffusé des milliers dans notre réseau mondial Actions urgentes, fort de plusieurs milliers de militants. Ces derniers se tiennent prêts à rédiger des courriers et à envoyer des courriels, des fax et des tweets pour éviter que quelqu’un ne soit torturé ou subisse d’autres mauvais traitements, obtenir sa libération, ou même lui sauver la vie.

Le nombre d’AU diffusées en faveur d’habitants du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord a augmenté au lendemain du « Printemps arabe » et l’on a enregistré une multiplication spectaculaire des actions en faveur de personnes en danger en Syrie à la suite du conflit qui sévit dans le pays.

« Qu’il s’agisse d’un journaliste en Libye, d’un avocat en Chine, d’un condamné à mort en Inde ou d’un médecin au Bahreïn, notre rôle est clair – être assez bruyants pour que personne ne puisse faire la sourde oreille », a résumé Kate Allen, de la section britannique d’Amnesty, qui possède un réseau Actions urgentes dynamique.

« Les Actions urgentes permettent d’attirer rapidement l’attention sur le sort d’une personne et de lui éviter ainsi d’être torturée ou détenue illégalement dans l’ombre », s’est félicitée Bryna Subherwal, de l’équipe Personnes en danger d’Amnesty au Secrétariat international de Londres.

AGISSEZ Rejoignez le réseau Actions urgentes en cliquant sur le lien www.isavelives.be/actionsurgentes

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse