TOUT N’EST PAS ROSE POUR LES PRIDES EN EUROPE !

Des milliers de personnes sympathisantes de la cause LGBTI (Lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres et intersexes) se rassemblent chaque année à l’occasion de la pride ou marche des fiertés dans de
nombreuses villes européennes et ailleurs dans le monde, fêtent ensemble la diversité et en appellent à une société plus tolérante, où chaque personne peut s’épanouir, indépendamment de son orientation sexuelle et de son identité de genre.

JPEG - 100.1 ko
Des militants d’Amnesty lors de la Belgian Pride 2013, à Bruxelles © DR

En mai 2013, quelque 80.000 personnes ont ainsi participé à la Belgian Pride dans les rues de Bruxelles. Amnesty International, à travers la Coordination Orientations sexuelles et identités de genres, y était bien entendu présente, car si la pride est globalement acceptée ici, elle ne l’est pas encore dans de nombreux pays des Balkans et d’Europe orientale.

La situation reste problématique dans certains États, parfois membres de l’Union européenne. Le respect des droits élémentaires, tels que la liberté d’expression ou de rassemblement, y est parfois mis à rude épreuve.

En 2013, quelques pays refusent encore que l’on organise une pride sur leur territoire et d’autres tardent à délivrer les autorisations nécessaires ou confinent les rassemblements dans des endroits reculés. Ils ne veulent assurer la sécurité des manifestants ou jugent ne pas être en capacité de le faire.

JPEG - 87.3 ko
HTTPS ://WWW.FACEBOOK.COM/AMNESTYINTERNATIONAL.LGBTQI

Des dispositifs policiers particulièrement impressionnants sont en effet requis pour protéger les participants des violences, verbales et physiques, des contre-manifestants dans les pays où la discrimination à l’encontre des personnes LGBTI est répandue et souvent entretenue par les pouvoirs politiques et religieux.

L’attitude hostile des médias et la montée du populisme dans plusieurs États ne sont pas de nature à améliorer la donne, au contraire. Les projets de loi visant à restreindre la « propagande » homosexuelle, notamment discutés en Russie, sont là pour nous le rappeler. Très préoccupants, ces projets risquent de mettre d’autant plus à mal les libertés fondamentales des personnes LGBTI, pourtant déjà fortement stigmatisées.

Dans ce contexte, Amnesty International a fait en 2010 des droits à la liberté d’expression et de rassemblement dans le cadre des prides un axe d’action prioritaire au sein de sa stratégie de lutte contre les discriminations.

Concrètement, le mouvement soutient les prides dans des pays où elles sont en danger en appuyant les associations locales dans leur travail d’organisation et de plaidoyer auprès des autorités politiques. Des délégations de militants, au sein desquelles on retrouve des membres d’AIBF, sont également envoyées sur le terrain pour renforcer la participation, collaborer à la sécurisation de l’événement ou être associées aux travaux d’observation.

Cette année, Amnesty International est déjà intervenue en Ukraine, où une pride a été organisée pour la première fois à Kiev, et se mobilise actuellement autour de la Baltic Pride, prévue à Vilnius, où les autorisations se montrent peu conciliantes.

Ici, à la Belgian Pride, l’action est principalement centrée sur la sensibilisation. Il s’agit d’expliquer la problématique et les enjeux liés aux droits humains. Afin d’illustrer le propos, une carte avait cette année été réalisée en collaboration avec le bureau européen d’Amnesty International (voir ci-dessus). Éditée à 2.500 exemplaires, cette carte a été distribuée massivement aux spectateurs et participants à la pride.

La collecte de signatures est bien entendu également importante, notamment pour les prides en danger. Cette année, ce ne sont pas moins de 800 signatures qui ont été recueillies. Un résultat dont la Coordination Orientations sexuelles et identités de genres se félicite, même si bien du chemin reste à parcourir pour venir à bout des discriminations et garantir les droits fondamentaux des personnes LGBTI.

Vous voulez agir également en faveur des droits LGBTI, retrouvez la Coordination Orientations sexuelles et identités de genres sur Facebook (« Amnesty International – Orientations sexuelles et identités de genres ») en cliquant ici, abonnez-vous à son infolettre sur http://www.isavelives.be/fr/newsletter ou devenez vous-même membre du groupe par courriel lgbt@aibf.be.
Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse