Détenus de guantanamo : campagne pour la protection internationale

De nombreux détenus restent à Guantánamo parce qu’ils ne savent pas où aller. Ils s’exposent à des persécutions s’ils repartent dans leur pays d’origine et ne parviennent pas à trouver refuge ailleurs. Amnesty International demande aux États de contribuer à la fermeture définitive de Guantánamo en accueillant ces détenus et en leur donnant la possibilité d’une vie nouvelle.

Le 3 février 2010, le Conseil fédéral suisse a accepté de fournir un nouveau lieu de vie à deux frères ouïghours qui ont été maintenus en détention à Guantánamo sans inculpation ni jugement pendant près de huit ans.

Arkin et Bahtiyar Mahmud, qui viennent de la région autonome ouïghoure du Xinjiang, en Chine, auraient couru le risque d’être torturés ou même exécutés s’ils avaient été renvoyés en Chine.

La Suisse a pris cette décision après des années d’action de la section suisse d’Amnesty International, qui s’est mobilisée dans le cadre du projet sur la protection internationale lancé par l’organisation de défense des droits humains. Participent à ce projet des militants d’Europe et d’ailleurs, qui demandent à leurs gouvernements d’accorder une protection aux détenus de Guantánamo quand ceux-ci risquent de subir des violations des droits humains en cas de renvoi dans leur pays d’origine.

Les autres pays ayant accueilli d’anciens détenus de Guantánamo incluent l’Albanie, la Belgique, la France, la Hongrie, l’Irlande, le Portugal et la Slovaquie. Dans de nombreux cas, ces décisions ont été prises après un fort travail de pression, des démarches auprès des médias et une action associative menés par Amnesty International et d’autres. Dix autres Ouïghours se sont récemment vu offrir une nouvelle résidence provisoire aux Bermudes et aux Palaos.

Malgré ces initiatives positives, il reste à Guantánamo plus de 40 hommes ayant toujours besoin d’une protection humanitaire. Ils sont originaires de Chine, de Libye, de Russie, de Syrie et de Tunisie. Si aucun pays ne se propose pour les aider, certains d’entre eux pourraient être renvoyés chez eux et y subir des sévices, ou passer des mois, voire des années supplémentaires en détention illimitée sous la responsabilité des autorités américaines.

Il s’agit d’hommes que les autorités américaines n’ont, à la connaissance d’Amnesty International, aucune intention d’inculper ni de juger. La seule raison pour laquelle ils sont maintenus en détention tient au manque de lieux sûrs pour les accueillir. Certains d’entre eux sont libérables. Dans les faits, ces hommes ont été abandonnés à Guantánamo.

En janvier 2010, Amnesty International, le Centre for Constitutional Rights, Reprieve et Moazzam Begg, ancien détenu de Guantánamo qui dirige désormais l’organisation Cageprisoners, ont entamé une tournée européenne afin de demander à d’autres États d’accepter des détenus de Guantánamo. La tournée est notamment passée par l’Allemagne, le Luxembourg et la Suède.

Certains États, surtout en Europe, ont demandé avec insistance la fermeture de Guantánamo mais n’ont pas fait le nécessaire pour transformer cet objectif en réalité. Pourtant, dans l’accord conjoint sur la fermeture du centre de détention conclu par les États-Unis et l’Union européenne en juin 2009, certains États membres de l’UE s’étaient dits prêts à contribuer à l’accueil d’anciens détenus, la sélection se faisant au cas par cas.

Consciente que l’adaptation d’anciens détenus de Guantánamo à la vie dans un pays inconnu peut s’avérer difficile, Amnesty International demande aussi aux gouvernements de proposer à ces hommes des mécanismes de soutien pour qu’ils s’habituent mieux à ces conditions nouvelles. Cela suppose notamment de mettre à leur disposition une assistance médicale, juridique, psychologique et sociale. Les sections d’Amnesty International contribuent à ces efforts en contactant les ONG concernées dans leur pays, afin qu’elles prodiguent des conseils d’experts et une aide pratique à ces hommes.

Lakhdar Boumediene, ressortissant algérien, vivait en Bosnie-Herzégovine avant d’y être arrêté. Il a été incarcéré à Guantánamo pendant près de huit ans sans inculpation ni jugement. En mai 2009, il lui a été proposé de vivre avec sa famille en France. Près d’un an plus tard, s’il lui est encore difficile de s’adapter à une situation qui succède à des années de détention, il se fait à sa nouvelle vie avec l’aide d’Amnesty International France. Il a déclaré à Amnesty International : « Ça a été très dur pour moi […] J’ai essayé de me construire une vie. Et maintenant j’ai l’impression d’être comme tout le monde. Je me sens humain. »

Si d’autres pays acceptent de fournir une protection humanitaire à ceux qui se trouvent encore à Guantánamo, d’autres hommes tels que Lakhdar Boumediene auront la possibilité de se reconstruire une vie stable en toute sécurité, et nous nous rapprocherons de la fermeture définitive de Guantánamo.

Agissez

Pour en savoir plus, regardez la vidéo à l’adresse ci-après, dans laquelle Lakhdar Boumediene et des défenseurs des droits humains s’expriment : http://www.amnesty.be/audiovideo

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.