Salil Shetty — Nouveau secrétaire général d’Amnesty

Salil Shetty sait par expérience que de simples citoyens peuvent vraiment faire changer les choses lorsqu’ils s’organisent et font entendre leur voix. Élevé dans une famille de militants en Inde, il est devenu président de l’ONG internationale ActionAid, qui lutte contre la pauvreté, puis directeur de la Campagne du millénaire des Nations unies. En juillet, il prend les fonctions de secrétaire général d’Amnesty International. Il parle au Fil des défis à venir.

Q Qu’est-ce qui a fait de vous un militant ? Y a-t-il eu un moment clé de votre vie qui vous a incité à passer à l’action en participant au travail d’une ONG ?

R Étant donné l’environnement familial dans lequel j’ai grandi, il eût été étonnant que je fasse autre chose ! Ma mère était avocate et très impliquée dans le mouvement des femmes ; mon père est journaliste et participe activement au mouvement dalit. Chez moi, c’était le siège de plusieurs mouvements, un lieu accueillant pour toutes sortes de militants. Nos lignes téléphoniques étaient constamment sur écoute, des policiers rôdaient devant la maison et mon père a été arrêté plusieurs fois. J’ai grandi en Inde au cours d’une période très tumultueuse. En 1976, l’état d’urgence a été décrété, les droits ont été restreints et cela a suscité une vague de militantisme chez les journalistes, les étudiants, les artistes et de nombreux autres citoyens de mon pays. Les personnes qui ignorent mon histoire pourraient supposer, connaissant mon travail sur la pauvreté, que je viens d’un milieu où l’on défendait les droits économiques, sociaux et culturels, mais cela m’est en fait venu bien plus tard. Mon point d’entrée dans ce type de travail est davantage lié aux droits civils et politiques.

Q En 2003, vous avez été nommé directeur de la Campagne du millénaire des Nations unies, qui avait pour vocation d’inciter la population et les institutions du monde entier à soutenir les Objectifs du millénaire pour le développement. Quelles ont été les principales difficultés et réalisations de cette campagne ?

R Je pense que les efforts déployés par cette campagne pour mobiliser les gens afin qu’ils agissent collectivement sur les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) ont eu un impact considérable. De réels progrès ont été accomplis ; par exemple, de la part des pays riches, l’aide internationale a battu des records entre 2003 et 2008, et quelque 35 pays ont vu leur dette annulée. On ne peut mettre tout cela sur le compte de la campagne – le mouvement en faveur de l’annulation de la dette, par exemple, existe depuis longtemps – mais elle a apporté sa pierre à l’édifice. Et, surtout, nous avons constaté des progrès très concrets dans la vie des personnes pauvres dans les pays en développement : une forte réduction de l’extrême pauvreté, une amélioration de l’accès à l’eau et la scolarisation d’environ 40 millions d’enfants supplémentaires.
Dès le début, nous avons dit que si des changements devaient se produire, ce serait dans le contexte national et plus particulièrement au niveau local. Tant que les responsables politiques ne ressentiront pas de pressions exercées par leurs électeurs, ils ne changeront pas les choses. Si les dirigeants des États n’éprouvent pas la nécessité de changer, alors les conférences mondiales ne peuvent pas en faire davantage. C’est pourquoi notre approche privilégie les initiatives partant de la base.
En ce qui concerne les difficultés, il n’est pas facile pour les Nations unies d’amener les gouvernements à rendre des comptes. Nous avons dû réaliser un équilibre malaisé pour parvenir, tout en étant à l’intérieur, à faire des choses qui sont parfois politiquement délicates. Et, bien sûr, il existe des difficultés dans le contexte national. Dans de nombreux pays, l’idée que les citoyens peuvent demander des comptes au gouvernement est mal accueillie.

Q Les efforts pour lutter contre la pauvreté sont au cœur de votre travail depuis au moins trois décennies. À votre avis, que peut apporter la perspective d’Amnesty International, axée sur les droits humains, à la campagne contre la pauvreté ?

R Toutes les organisations d’aide au développement se sont mises à parler de développement fondé sur les droits, mais de façon assez vague, à mon avis. Amnesty International est déjà présente sur cette question et la tâche qu’elle entreprend est, à l’inverse, d’essayer de comprendre comment la notion de droits peut s’appliquer au développement.
La distinction entre les droits économiques, sociaux et culturels, d’une part, et, d’autre part, les droits civils et politiques n’est pas très utile d’un point de vue pratique. Ce sont les mêmes personnes dont les droits de tous types sont bafoués. Souvent, ces notions se superposent ; de plus, les personnes touchées constituent la majorité de la population mondiale. Si vous prenez, par exemple, certains domaines que je connais très bien – pauvreté, éducation, santé, eau – nous constatons souvent que le principal obstacle qui empêche les personnes privées de ces droits d’en bénéficier est le manque d’information. Or, le droit à l’information entre dans la catégorie des droits civils et politiques. Amnesty International pourrait s’intéresser à ces éléments qui, sans être peut-être des droits sociaux et économiques à proprement parler, ont une influence très directe sur la concrétisation de ces droits. Je pense que nous devons trouver des moyens de relier ces deux domaines de façon beaucoup plus systématique.
Cependant, nous devons aussi nous appuyer sur les points forts d’Amnesty International et aborder les questions en partant des domaines que nous connaissons le mieux, comme le droit à l’information ou le combat pour que tous les droits relèvent de la compétence des tribunaux. Chercher comment concrétiser cette notion en faveur de ceux qui vivent dans la pauvreté, c’est un vaste champ d’action dans lequel Amnesty International peut apporter sa contribution.

Q Comment voyez-vous le rôle des ONG, petites ou grandes, et des militants ?

R Je préfère parler d’organisations populaires et de mouvements populaires. Dans mon travail, il est évident que ceux qui changent réellement les choses sont les simples citoyens qui militent pour que quelque chose se passe. La plupart des obstacles rencontrés lorsque nous traitons l’une de ces questions ne sont pas techniques mais politiques, et pour obtenir un changement politique, la seule façon, c’est que des personnes s’organisent, fassent entendre leur voix et exercent une pression. Ce militantisme, cette action partant de la base est au cœur de tout changement. L’un des principaux aspects qui m’ont incité à rejoindre Amnesty International est l’existence de 2,8 millions de membres qui peuvent faire pression depuis la base de la société. Si cette force n’existait pas, l’un des plus solides fondements de la légitimité d’Amnesty International serait ébranlé, ce qui explique que mon intérêt soit centré là-dessus.


Q Certains commentateurs affirment que les droits humains doivent être vus sous l’optique des besoins en matière de sécurité, de la menace terroriste et d’autres problèmes de ce genre. Qu’en pensez-vous ?

R Lors du sommet des dirigeants mondiaux qui s’est déroulé en 2005, Kofi Annan a déclaré qu’on ne pouvait obtenir la paix sans un développement durable, qu’on ne pouvait obtenir un développement durable sans la paix et qu’on ne pouvait avoir ni l’un ni l’autre sans les droits humains. Ce sont les fondements de la Charte des Nations unies et la pierre angulaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Bien souvent, si vous analysez les causes du terrorisme, vous retrouvez les mêmes problèmes. Quand vous remontez aux causes profondes, vous constatez que les droits humains sont bafoués, que des personnes vivent dans une pauvreté extrême ou que des ressources naturelles sont dégradées.

Q Vous savez probablement que, dans le cadre de notre campagne Exigeons la dignité, des dizaines de milliers de personnes du monde entier ont envoyé à Amnesty International leur avis sur ce que signifie pour elles la dignité. Qu’est-ce que ce terme signifie pour vous ?

R Pour moi, c’est l’idée fondamentale du respect, des droits humains et d’une vie où tous les besoins essentiels sont satisfaits. Ces besoins ne sont pas seulement matériels, mais aussi sociaux, politiques et culturels.

Q Quelles sont vos réflexions et vos attentes en tant que nouveau secrétaire général d’Amnesty International ?

R Je suis personnellement enthousiasmé de rejoindre l’organisation. Ce que j’ai vu jusqu’à présent est très encourageant – et je ne dis pas cela uniquement parce que c’est une interview pour Le Fil. Au bout du compte, les organisations sont composées de personnes. Ce sont les personnes qui font tourner l’organisation.
Partout où je me suis rendu au cours de mes voyages, j’ai entendu parler de la qualité de l’argumentation, des analyses et des recherches ; et, d’ailleurs, c’est une appréciation dont continuent à me faire part des personnes extérieures. Et c’est bel et bien l’association de ces deux éléments qui fait finalement la différence : le pouvoir des personnes et le pouvoir d’une bonne argumentation – nous devons simplement trouver un moyen de combiner les deux pour atteindre des objectifs clairement définis. Notre mission, dans sa forme la plus simple, consiste en cela.

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse