Vente d’armes à l’Arabie saoudite : le scandale continue

En mai dernier, nous lancions notre grande campagne visant à demander à la Région wallonne qu’elle suspende ses ventes d’armes à l’Arabie saoudite. Retour sur six mois de lutte.

À la base, un constat : en continuant de vendre pour des millions d’euros d’armes à l’Arabie saoudite, la Région wallonne prend le risque de se rendre coupable des crimes de guerre commis par les Saoudiens au Yémen. Ce faisant, la Wallonie ne respecte pas ses obligations au titre du droit international, européen et wallon, lequel lui impose de ne pas procéder aux ventes s’il existe un risque que les armes soient utilisées pour commettre des violations graves des droits humains et/ou du droit international humanitaire. Dans ce contexte, nous avons lancé en mai 2017 une pétition adressée au Ministre-Président Paul Magnette, lequel sera remplacé à la tête de la Région deux mois plus tard.

DE L’ESPOIR À LA DÉCEPTION

Profitant du changement de gouvernement, nous avons remis les près de 13 000 signatures collectées au nouveau Ministre-Président, Willy Borsus. Nous lui avons signifié qu’il avait l’occasion unique de marquer une rupture avec la politique menée jusqu’à aujourd’hui par la Wallonie. M. Borsus nous a alors indiqué que tous les dossiers « sensibles », c’est-à-dire concernant des demandes d’octroi de licence d’exportation vers des destinations à risque, étaient pour le moment mis de côté, et que le gouvernement était en phase de
« consultation » avec différents acteurs, dont Amnesty, avant de prendre sa décision.

Afin « d’encourager » Willy Borsus à prendre la bonne décision, nous avons lancé à l’occasion des Fêtes de Wallonie une nouvelle pétition à son attention et rendu bien visible nos messages. Le 15 septembre, nous avons collé dans les rues de Namur pas moins de 3 000 autocollants représentant le coq hardi ensanglanté. Le 16, nous avons déployé une banderole géante sur le pont de Jambes sur la Meuse, en face de l’Elysette, et étions présents et immanquables aux yeux de tous les hommes et femmes politiques wallon-ne-s devant le Théâtre de Namur, juste avant le traditionnel discours de rentrée du Ministre-Président. M. Borsus est alors venu directement serrer la main de nos activistes et nous assurer qu’il avait bien pris connaissance de nos demandes. Trois jours plus tôt, le Parlement européen avait voté - pour la deuxième fois - une résolution appelant à mettre en place un embargo sur les ventes d’armes au royaume saoudien.

LE JOUR DE LA HONTE

Malgré la pression grandissante provenant de l’Union européenne, de la société civile et même du gouvernement fédéral, qui s’est aussi prononcé pour un embargo en juin, nous apprenions le 18 octobre que 25 nouvelles licences d’armes vers l’Arabie saoudite avaient été octroyées. Ainsi, les choses sont claires : le nouveau gouvernement wallon a fait le choix de mener la même politique que ses prédécesseurs. Le Ministre-Président a justifié cette décision immorale par le fait que la Wallonie toute seule ne changera pas grand-chose à la situation. Qu’il faut un embargo européen pour que les choses changent vraiment. Pas sûr que les enfants yéménites saisiront tout le sel de cette analyse...

JPEG - 63.3 ko

Si cette nouvelle nous a révoltés, elle ne nous a pas découragés pour autant. Au contraire. Nous sommes plus déterminés que jamais à tout faire pour que ce commerce hypocrite et immoral cesse. Mais pour cela, nous avons besoin de vous. Voici ce que vous pouvez faire :
1. Signez et faites signer notre pétition
2. Rendez la campagne visible en commandant des dazibaos (affiches) et autocollants
3. Vous résidez en Wallonie ? Téléphonez à votre élu local pour lui demander de se positionner en faveur d’une suspension des ventes d’armes à l’Arabie saoudite.
À vous de jouer, nous comptons sur vous !

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.