L’Édito Par Phlippe Hensmans, directeur général d’Amnesty International Belgique francophone

Des gens.

Si vous n’êtes pas vous-même impliqué·e dans cette action, vous allez rencontrer dans les semaines qui viennent certain·e·s de nos bénévoles, seul·e·s ou en groupes, au bureau, dans la rue, ou à l’entrée de votre grand magasin. Ils et elles seront là pour vous proposer des bougies, afin de soutenir Amnesty.

Ces personnes sont comme vous et moi ; des gens « ordinaires » qui ont décidé de consacrer un peu de leur énergie à des actions concrètes pour défendre les droits humains.

Des anonymes qui pourtant font la différence. Bien sûr en nous aidant à rendre ce mouvement indépendant financièrement — et par les temps qui courent, c’est vraiment crucial, mais aussi en agissant régulièrement pour protéger des individus ou interpeller des gouvernements.

Je peux vous assurer qu’aucun ambassadeur n’aime recevoir 20 000 signatures lui demandant de libérer un prisonnier, pendant que des activistes déploient des bannières devant son bureau, filmés par des médias parfois du monde entier. Je dois aussi vous avouer que j’étais très fier de déposer entre les mains du Ministre-président wallon, M. Borsus, plus de 50 000 signatures lui demandant d’arrêter les ventes d’armes à l’Arabie saoudite. Il nous a d’ailleurs fort aimablement reçus.

Et nous obtenons des résultats : libérations, changements législatifs... Ainsi, le débat sur le commerce des armes a rarement été aussi serré et présent dans les médias.

Cela est possible parce que nous, vous, ne somme spas seuls : sept millions de membres dans le monde qui bougent, eh bien… cela provoque des changements. Alors, s’il vous plaît, continuez comme cela. Si pour d’aucuns les droits humains ne représentent qu’une obligation lointaine, nous savons qu’il s’agit en réalité de femmes, d’enfants et d’hommes qui souffrent et meurent. Oui, continuez comme cela, et pourquoi pas, faites-en un petit plus. Vous trouverez plein de propositions dans ce numéro du Fil.

Merci ! La solidarité fait un bien fou, vous verrez.

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.