Jeunesse : un nouveau visage pour freally ? : Victoria

Après l’influenceuse Anne-Sarah, c’est au tour de Victoria de rejoindre le projet « Freally ? »pour animer de nouvelles capsules vidéos sur les droits humains à destination des jeunes de 15 à 25 ans.

Jeune créatrice de contenu engagée, Victoria débute dans ce domaine à tout juste 21 ans. Elle n’en est pas moins déterminée et motivée pour sensibiliser un maximum de jeunes à la défense et à la promotion des droits humains. Ses deux premières vidéos, consacrées à la question des persécutions des Ouïghour·e·s en Chine et à la question du cyberharcèlement, sont à retrouver sur la chaîne YouTube de la section belge francophone d’Amnesty.

Quand as-tu commencé à t’engager publiquement ?

Il y a quelques mois, j’ai décidé de poster du contenu informatif sur Instagram au sujet des personnes trans, plus particulièrement en lien avec mon vécu quotidien et les épreuves auxquelles je faisais face en tant que personne trans. Avant, c’était un peu un sujet tabou pour moi, mais, petit à petit, j’ai réussi à libérer ma parole à ce propos.

Au départ, mes publications touchaient uniquement un cercle restreint de personnes, puis le nombre de mes abonné·e·s a augmenté et je m’aperçois aujourd’hui que j’arrive à sensibiliser beaucoup plus de monde.

Même si mes publications concernent au départ les personnes trans, j’essaie toujours de veiller à faire des liens entre toutes les discriminations et oppressions, car c’est un peu inutile, selon moi, de mener une lutte sans inclure toutes les autres luttes. Les droits humains, ce ne sont pas des parts de tarte à partager, c’est un tout. Tout le monde a droit à tous les droits.

Qu’est-ce qui t’a motivée à participer au projet Freally ? ?

C’est un si beau projet de diffuser de l’information sur les droits humains pour les jeunes et de vulgariser une information qui peut être compliquée ou dure que cela ne pouvait que me motiver ! C’était un challenge, mais j’avais envie de le relever. C’est aussi un moyen de donner envie à des jeunes de s’engager en faveur des droits humains, ce qui est aussi pour moi très important.

As-tu un message que tu aimerais transmettre aux jeunes qui te regardent et te suivent ?

Du haut de ma petite personne, je trouve qu’aborder des sujets dont on ne parle pas assez est un premier pas pour changer les mentalités. Et planter des petites graines dans la tête de chacun·e pour faire en sorte que tout le monde se rende compte des problèmes qui nous entourent au quotidien, c’est essentiel. C’est en parlant qu’on va stimuler cet engagement. Plus on en parle, plus on y arrivera !

2022 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit