Jeunes, artistes et militants : ils mettent leur talent au service des droits humains

Qui se cache derrière les derniers outils de sensibilisation d’Amnesty sur les discriminations créés pour les écoles primaires et secondaires ? Sept étudiant·e·s de l’École supérieure des arts de Saint-Luc. Il·elle·s s’appellent Ketcha, Vicky, Hippolyte, Loïc, Joël, Anthony et Marwan et n’ont qu’une envie : continuer à agir concrètement pour défendre et promouvoir les droits humains.

Tout a commencé par un concours lancé par Amnesty International : « Let’s talk about yes », auquel il·elle·s ont participé en février 2020. L’objectif était d’exprimer à travers une œuvre visuelle en format libre ce que représentait pour eux·elles le concept de consentement sexuel et promouvoir à travers leur création une culture du consentement.

Quelques mois plus tard, de jeunes activistes membres de groupes-écoles Amnesty les ont sélectionné·e·s parmi tou·te·s les participant·e·s pour réaliser de nouveaux outils sur les discriminations destinés aux écoles. Il·elle·s ont tou·te·s accepté avec enthousiasme de participer à ce projet collectif inédit, qui a donné lieu à de nombreux échanges et débats et a abouti à la création d’affiches, d’autocollants et de badges qui ont aujourd’hui un fort impact sur les jeunes dans les écoles.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là ! Les jeunes militant·e·s s’apprêtent maintenant à créer un groupe Amnesty dans leur école et ont déjà des tas d’idées pour agir en faveur des droits humains.

MARATHON DES LETTRES : Soutenez 10 personnes en danger

10 personnes en danger dans le cadre du marathon des lettres 2020. Signez pour les défendre, les faire libérer ou demander justice !