ACHETER UNE BOUGIE, C’EST RESISTER

La défense des droits humains nécessite autre chose que des bons sentiments. Elle demande que l’on s’indigne, que l’on agisse, que l’on résiste. Cela passe par beaucoup de choses. Comme l’achat d’une bougie Amnesty.

De trop nombreuses situations d’injustice et de violations des droits humains agitent notre monde actuel. Parce que parfois la colère est légitime, parce que parfois il faut pouvoir dire « non ! », parce que parfois résister devient un devoir… nous invitons en cette fin d’année nos militant·e·s, mais aussi le grand public, à entrer en résistance et à se mobiliser avec Amnesty, pour transformer cette colère, cette révolte ou cette indignation en action.

Acheter une bougie et l’allumer le 10 décembre, Journée internationale des droits humains, c’est montrer son indéfectible attachement aux droits fondamentaux, c’est déjà résister.

OÙ ACHETER la Bougie d’Amnesty International ?

Vous pouvez vous procurer votre bougie sur notre boutique en ligne, auprès de nos groupes locaux ou de nos vendeurs bénévoles de bougies.

Parmi ces dernier·e·s, on trouve de nombreux·ses élèves qui, encouragé·e·s par leurs professeur·e·s, vendent des bougies et des stylos-bille labellisés Amnesty. Tout en sensibilisant leurs proches à la question des droits humains, ces véritables ambassadeur·rice·s de notre cause font briller la flamme de la justice. Parce que parfois ce sont les jeunes qui nous montrent le chemin…

POURQUOI ACHETER UNE BOUGIE ?

La question revient souvent et il importe d’y répondre. Notre campagne de vente de bougies de fin d’année est primordiale pour Amnesty. Elle apporte au mouvement un soutien financier nécessaire pour nous permettre de continuer à mener notre intense travail de campagne et de pression politique en toute indépendance.

Mais elle nous permet surtout de remporter de nombreux combats pour les droits humains. En 2019, des personnes emprisonnées injustement ont été libérées, des condamnations à la peine de mort commuées, des lois modifiées...

Vous en trouverez plusieurs exemples dans ce Fil, mais il y en a encore d’autres, comme celui de Rahaf Mohammed al Qunun, une Saoudienne de 18 ans, victime de violences et de menaces de mort. Notre travail acharné sur son cas a contribué à une formidable issue puisque cette jeune femme s’est vu accorder l’asile au Canada, où elle est désormais en sécurité.

Il y a aussi le cas du blogueur mauritanien Mohamed Mkhaïtir, libéré en août. Condamné à mort et maintenu en détention arbitraire pendant plus de cinq ans pour avoir publié un billet de blog sur la discrimination liée aux castes, il a déclaré : « sans vos efforts, je n’aurais pas été libéré. »

Rappelons aussi la victoire de la liberté d’expression face à Google, qui, lors d’une audition devant le Congrès américain, a confirmé via l’un de ses représentants que l’entreprise avait « mis fin » au projet Dragonfly, son programme secret visant à concevoir un moteur de recherche qui faciliterait la surveillance et la censure répressive de l’État chinois sur Internet, à la suite notamment de notre campagne #DropDragonfly.

Les dons, les signatures et la mobilisation sur le terrain font réellement la différence ! En 2020, nous continuerons le combat pour plus de justice. Nous résisterons encore et toujours ; nous ne nous résignerons jamais.

POUR ACHETER UNE BOUGIE SUR NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE :
boutique.amnesty.be

POUR DÉCOUVRIR OÙ NOS BÉNÉVOLES VENDENT DES BOUGIES :
amnesty.be/bougie

Toutes les infos
Toutes les actions

Violences faites aux femmes : la Belgique doit respecter ses obligations

En Belgique, les femmes subissent encore de nombreuses violences. Signez pour demander au gouvernement belge et aux entités fédérées à assurer un profond changement de pratiques.