Domaines d’action d’Amnesty International

En 2005, les activités d’Amnesty International pour la construction d’un monde meilleur se sont organisées autour de huit grands thèmes.

Réformer et renforcer le secteur judiciaire

L’importance de l’état de droit dans tous les domaines de l’activité humaine est largement reconnue dans toutes les sociétés et dans tous les systèmes de gouvernement.

Cependant, de nombreuses institutions nationales censées faire respecter la loi sont largement défaillantes, ce qui se traduit par des violations des droits humains persistantes et généralisées commises en toute impunité, telles que la détention de personnes pour leurs opinions, les process politiques non respectueux des normes d’équité, la torture et les autres mauvais traitements, les « disparitions » et les homicides illégaux. Même si les mécanismes internationaux destinés à compenser les défaillances nationales ont évolué au cours de ces dix dernières années, ils restent à l’état embryonnaire et continuent de faire l’objet de nombreuses controverses.

Objectifs d’Amnesty International :
• obtenir une réforme des pratiques de la police et un renforcement du système judiciaire ;

• lutter contre la discrimination dans le secteur judiciaire, particulièrement en ce qui concerne les lesbiennes, les gays et les personnes bisexuelles et transgenres (LGBT), ainsi que les minorités ethniques et religieuses ;

• renforcer la justice pénale internationale, notamment en soutenant la Cour pénale internationale et la competence universelle ;

• veiller à ce que les droits humains soient respectés dans les systèmes judiciaires de transition ;

• renforcer les mécanismes nationaux, régionaux et internationaux qui obligent les États à rendre des comptes, en mettant particulièrement l’accent sur une réforme des Nations unies ;

• élaborer de nouvelles normes internationales, par exemple sur les « disparitions » et la responsabilité des enterprises ;

• étudier les incidences de la corruption sur l’administration de la justice.

Abolir la peine de mort

Les partisans de l’abolition de la peine de mort continuent de gagner du terrain, en particulier au niveau des organizations non gouvernementales, avec la montée en puissance de la Coalition mondiale contre la peine de mort et le travail des organisations nationales luttant contre la peine capitale.

Toutefois, un nombre important de pays restent opposés à cette abolition, et les menaces du terrorisme, de la drogue et du crime organisé sont utilisées pour justifier le maintien, voire le rétablissement, de ce châtiment.

Objectifs d’Amnesty International :
• promouvoir l’abolition de la peine de mort dans chaque pays et au niveau international, notamment en dénonçant les effets de la discrimination ;

• continuer de surveiller l’évolution de la peine capitale dans le monde et réagir rapidement à tout événement, par exemple par des actions sur des cas emblématiques révélant des problèmes sur le plan de l’application de la peine de mort ;

• publier des statistiques mondiales, des rapports thématiques et des actions ;

• obtenir l’abolition de la peine de mort pour les mineurs délinquants.

« Amnesty International est venue à notre secours à un moment où beaucoup de portes se fermaient. »
Sue Webster a mené un combat solitaire pour défendre son mari, Abdullah, jusqu’à ce qu’Amnesty International adopte ce dernier comme prisonnier d’opinion. Ce militaire américain purgeait une peine de onze mois d’emprisonnement pour s’être opposé à la guerre en Irak pour des raisons de conscience.

Protéger les droits des défenseurs des droits humains

Les défenseurs des droits humains sont en première ligne dans le travail en faveur des droits fondamentaux. Le role joué par les militants dans la promotion de ces droits est de plus en plus reconnu. Toutefois, dans le monde entier, ces défenseurs sont délibérément pris pour cible, de diverses manières. Les gouvernements utilisent de nombreux prétextes, tels que la sécurité et la « guerre contre le terrorisme », pour faire taire les critiques légitimes de leurs politiques. Les femmes qui défendent les droits humains, en particulier, risquent d’être rejetées par la société et de voir leur action discréditée lorsqu’elles contestent l’ordre politique, les conventions sociales et religieuses, mais aussi les stéréotypes liés au genre ou à la sexualité.

Objectifs d’Amnesty International :
• mobiliser les défenseurs de tous les secteurs de la société, bâtir des coalitions, développer les competences et promouvoir le rôle des femmes ;

• expliquer comment les défenseurs contribuent à améliorer la sécurité de la société en général, et lutter contre les pratiques abusives qui affectent leurs droits ;

• promouvoir la protection et la sécurité des défenseurs des droits humains et combattre l’instrumentalisation du système judiciaire destinée à les persécuter ;

• élargir et renforcer l’utilisation de la Déclaration sur le droit et la responsabilité des individus, groupes et organs de la société de promouvoir et protéger les droits de l’homme et les libertés fondamentales universellement reconnus (dite Déclaration sur les défenseurs des droits de l’homme), et soutenir le travail des Nations unies et des mécanismes de protection régionaux.

«  Je tiens à vous remercier de tout ce que vous avez fait [...] une telle victoire [...] a une portée énorme ! À présent, il nous faut continuer afin d’obtenir la pleine reconnaissance légale de leurs droits sur ces terres. »
Le défenseur brésilien des droits humains cité sous la photo ci-contre a remercié Amnesty International après qu’un tribunal fédéral eut annulé, en août, une ordonnance d’expulsion visant 100 Indiens de l’ethnie guarani-kaiowá qui occupaient pacifiquement des terres appartenant au ranch de Floresta, sur le territoire indigene de Sombrerito. Des éleveurs de bétail avaient tué l’un d’entre eux avant de se tourner vers les tribunaux pour obtenir l’expulsion des autres Guaranis-Kaiowás. La photo, prise en août 2005, montre des dirigeants guaranis-kaiowás dans un camp situé près d’une route le long du territoire indigene de Passo Piraju. Ils ont attendu des années que des études préliminaires identifient leurs terres ancestrales. Bien qu’elle ait enregistré quelques avancées en 2005, la campagne visant à défendre les droits fonciers des peuples indigènes demeure un processus long et complexe. La communauté ñanderu marangatu a par exemple été expulsée de la terre de ses ancêtres en décembre, alors que le président du Brésil avait ratifié la délimitation des terres au cours des mois précédents.

S’opposer aux atteintes aux droits humains commises dans le cadre de la «  guerre contre le terrorisme »
Le droit international et les mécanismes d’action multilatérale subissent actuellement les attaques les plus virulentes depuis leur création. Le droit international relatif aux droits humains et le droit international humanitaire sont remis en cause par certains États qui considèrent qu’ils sont inefficaces pour répondre aux problèmes de sécurité. Les groupes armés continuent de commettre des exactions et certains ont acquis la capacité d’agir dans le cadre d’une alliance mondiale informelle. L’opinion publique est divisée.

Objectifs d’Amnesty International :
• dénoncer les répercussions, en matière de droits humains, des mesures antiterroristes, en mettant particulièrement l’accent sur les garanties liées à la détention et aux procès, sur la torture, sur les homicides et sur les lois et pratiques discriminatoires ;

• analyser l’impact des accords de coopération entre États en matière de protection des droits humains ;

• participer à l’élaboration de traités sur le terrorisme ;

• promouvoir les mécanismes internationaux et régionaux qui obligent les États à rendre des comptes ;

• dénoncer les exactions commises par les groupes armés et envisager de nouvelles stratégies pour interpeller ces groupes au sujet des préoccupations d’Amnesty international ;

• promouvoir les interprétations progressistes du droit international humanitaire et du droit international relatif aux droits humains, en soulignant qu’elles peuvent s’appliquer à la « guerre contre le terrorisme ».

Défendre les droits des réfugiés et des migrants

De plus en plus polémique et politisé, le débat sur les droits des réfugiés, des migrants et des personnes déplacées occupe une place grandissante. Des gens continuent de quitter leur pays pour fuir des persécutions ou pour tenter de trouver une meilleure situation économique. De même, il existe toujours une demande pour de la main-d’œuvre immigrée bon marché et facile à exploiter. Parallèlement, les réactions racistes et xénophobes face aux réfugiés, aux demandeurs d’asile et aux migrants se poursuivent, aussi bien dans les pays développés que dans les pays en développement. Les dispositifs de contrôle de l’immigration et les mesures sécuritaires restrictives visant les étrangers accroissent la vulnérabilité de ces derniers face à un vaste éventail d’atteintes aux droits humains.

Objectifs d’Amnesty International :
• défendre le droit des réfugiés de ne pas être renvoyés dans des pays où ils risquent d’être victimes d’atteintes à leurs droits fondamentaux ;

• défendre le droit de toutes les personnes en quête d’asile de bénéficier d’une procédure d’examen juste et satisfaisante ;

• veiller à ce que les droits humains soient à la base de toute solution durable aux problèmes des réfugiés ;

• promouvoir les droits fondamentaux des migrants ;

• surveiller et dénoncer le recours à la détention arbitraire contre les réfugiés et les migrants ;

• renforcer les droits économiques, sociaux et culturels des réfugiés et des migrants ;

• améliorer la protection des femmes, des jeunes filles et des fillettes réfugiées ou déplacées, qui sont exposées à l’exploitation et aux violences sexuelles.

Promouvoir les droits économiques, sociaux et culturels des groupes marginalisés

L’accroissement des inégalités mondiales et l’incapacité des États à réduire de manière sensible le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté figurent parmi les principaux problèmes de notre époque en matière de droits humains. Il est encore peu reconnu que la pauvreté soulève des questions fondamentales dans le domaine des droits de la personne. Néanmoins, le militantisme autour des droits économiques, sociaux et culturels se développe. Des mouvements de masse commencent à utiliser la terminologie des droits fondamentaux pour mener des campagnes mondiales sur des thèmes tels que le commerce, l’aide, l’investissement, la dette et l’accès aux médicaments.

Objectifs d’Amnesty International :
• promouvoir les droits économiques, sociaux et culturels en tant que droits humains, notamment en se faisant entendre lors de négociations internationales sur diverses questions, en particulier sur le commerce ;

• améliorer la reconnaissance des droits économiques, sociaux et culturels en soutenant la réforme des legislations nationales et l’élaboration de normes et de mécanismes internationaux ;

• dénoncer les graves atteintes aux droits économiques, sociaux et culturels subies par les groupes marginalizes ;

• lutter contre les atteintes aux droits humains liées au sida ;

• souligner les obligations des acteurs économiques comme les entreprises et dénoncer les pratiques abusives, par exemple la discrimination dans le domaine de l’emploi ;

• promouvoir les principes relatifs aux droits humains dans le cadre des privatisations et des accords commerciaux ou d’investissement.

« Sans votre campagne, les autorités mauritaniennes n’auraient certainement pas décidé de reconnaître notre existence. »
Fatimata Mbaye, présidente de l’Association mauritanienne des droits de l’homme (AMDH), a remercié les membres d’Amnesty International pour leur aide après que les autorités eurent reconnu son organisation ainsi que SOS Esclaves, une association antiesclavagiste, en juin 2005. Les dirigeants de ces organisations avaient tous été détenus en 1998.

Mettre fin à la violence contre les femmes

La violence contre les femmes est l’une des formes les plus généralisées et les plus répandues de violations des droits humains. Elle est aussi l’une des plus secrètes. Elle ignore les frontières culturelles, régionales, religieuses et économiques. Elle se manifeste au sein de la famille, du groupe social, des institutions de l’État et dans les situations de conflit et d’après-conflit. Grâce, en particulier, aux mouvements de défense des droits des femmes, d’importants progrès ont été réalisés à ce niveau dans le droit international, notamment en matière de droit pénal. Toutefois, ces avancées n’ont pas change significativement la situation sur le terrain et il reste beaucoup à faire.

Objectifs d’Amnesty International :
• exiger des gouvernements qu’ils criminalisent le viol et qu’ils ratifient sans réserve la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes [ONU] ;

• combattre l’impunité des auteurs de viols et d’autres formes de violence contre les femmes dans les situations de conflit et d’après-conflit, y compris lorsque ces violences ont été commises par des groupes armés ;

• veiller à ce que les États protègent et respectent les droits des femmes, en recourant à la notion de diligence requise, aux niveaux national et international, pour placer les États devant leurs responsabilités ;

• lutter contre la tolérance dont fait preuve la société à l’égard de la violence contre les femmes et exhorter les autorités traditionnelles et non officielles à agir efficacement pour combattre ce laxisme ;

• soutenir les personnes qui militent en faveur des droits des femmes ;

• élaborer des lignes de conduite concernant les droits relatifs à la santé en matière de procréation et les questions connexes.

« Lorsqu’on reçoit des lettres de milliers de personnes du monde entier [...] , cette solidarité et ce soutien font vraiment du bien, car on traverse des moments très difficiles quand on est la cible de menaces. »
La journaliste Marielos Monzon est menacée par des bandes armées en raison de ses articles sur la corruption et d’autres atteintes aux droits humains. Des défenseurs des droits humains ont été tués ou enlevés au Guatémala.

Protéger les civils et éliminer les facteurs qui alimentent les violences pendant les conflits
Les conflits internes semblent chroniques dans certaines parties du monde. Ils sont causés, entre autres, par des problèmes d’identité, de pauvreté et, paradoxalement, par les richesses minières. Parfois, ils opposent des États faibles à des groupes armés économiquement puissants, et ils sont souvent attisés par des gouvernements tiers, des enterprises privées et des groupes en exil. Dans ce contexte, les atteintes massives aux droits des civils se poursuivent et, malgré des progrès juridiques importants aux niveaux aussi bien national qu’international, l’impunité continue de régner. La protection de la population semble trop souvent dépendre de la présence de troupes étrangères.

Objectifs d’Amnesty International :
• exiger que les États et les groupes armés aient à render des comptes pour les violences commises dans le cadre de conflits ;

• promouvoir un programme de protection des civils, notamment par des opérations de restauration et de maintien de la paix ;

• faire campagne contre l’utilisation d’enfants soldats ;

• exiger que les agents extérieurs complices des violences, par exemple les autres États et les acteurs économiques, s’expliquent ;

• faire campagne pour limiter le commerce des armes, notamment en soutenant l’adoption d’un traité sur le commerce des armes ;

• lutter contre les armes aveugles, telles que les bombes en grappe ;

• faire progresser le débat sur le recours à la force militaire.

Vous pouvez faire changer les choses

Amnesty International agit dans le but d’améliorer la situation des droits humains grâce à l’intervention de personnes venant des quatre coins du monde. Ses membres et sympathisants ont obtenu des résultats tangibles : des prisonniers d’opinion ont été libérés, des condamnés à mort ont vu leur peine commuée, des tortionnaires ont été déférés à la justice et des gouvernements ont été convaincus de modifier leurs lois et leurs pratiques.

Parfois, la solidarité témoignée par Amnesty International permet aux gens de garder espoir. Or, l’espoir est une arme précieuse pour les prisonniers cherchant à survivre, pour les proches en quête de justice, ou pour les défenseurs des droits humains qui poursuivent courageusement leur action seuls, en bravant le danger. Même dans les situations les plus décourageantes, les membres et sympathisants d’Amnesty International peuvent, ensemble, faire changer les choses.

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse