Le droit de vivre dans la dignité

« Je me fais gronder à chaque fois que je parle ma langue […] Les instituteurs ne veulent même pas entendre nos chansons. »

[/Un écolier rom de Croatie/]

En Bosnie-Herzégovine, en Croatie et en Slovénie, la misère, les discriminations, la ségrégation et les violences à l’école sont autant d’obstacles qui empêchent les enfants roms de bénéficier de leur droit à l’éducation.

Nous avons tous, où que nous soyons, le droit de vivre dans la dignité. Ainsi, personne ne devrait être privé de son droit à un logement convenable, à la nourriture, à l’eau et aux réseaux d’assainissement, à l’éducation et aux soins de santé.

Les droits économiques, sociaux et culturels, y compris le droit à la nourriture et le droit au meilleur état de santé et d’éducation susceptible d’être atteint, relèvent autant des droits humains que la liberté d’expression et le droit à un procès équitable. Il y a près de soixante ans, l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme consacrait le principe de l’universalité et de l’indivisibilité des droits humains – selon lequel tous les êtres humains doivent pouvoir se prévaloir de tous ces droits. Cela est au cœur même de la mission d’Amnesty International.

Amnesty International recueille de plus en plus d’informations montrant que les violations des droits humains génèrent ou aggravent la pauvreté. Les gens qui vivent dans la pauvreté ont peu accès aux lieux de pouvoir où se décident les politiques les concernant et ils n’ont souvent pas la possibilité de bénéficier d’un recours utile lorsqu’ils sont victimes de violations de leurs droits.

Amnesty International s’efforce d’obliger les gouvernements, les grosses entreprises et les autres acteurs puissants de la société de rendre des comptes lorsqu’ils sont responsables de violations des droits humains visant des pauvres ou aggravant la pauvreté.

En 2006, l’organisation a mené campagne contre les vagues d’expulsions forcées qui ont déferlé sur diverses régions d’Afrique. Dans des pays comme l’Angola, le Ghana, la Guinée équatoriale, le Kenya, le Nigéria, le Soudan et le Zimbabwe, les expulsions ont souvent lieu dans l’illégalité, sur fond de recours excessif, voire meurtrier, à la force, et sans aucune solution adéquate de relogement. Des centaines de milliers de personnes se retrouvent sans toit et exposées au risque de subir d’autres violations de leurs droits fondamentaux.

Ces opérations affectent de manière disproportionnée les personnes démunies et entraînent souvent de nombreuses autres atteintes aux droits humains (voir Afrique. Les expulsions forcées atteignent un niveau critique, AFR 01/009/2006).

Au Pérou, Amnesty International a tenté d’obtenir des autorités qu’elles respectent le droit des femmes indigènes et des autres femmes marginalisées à être informées de l’existence de soins qui pourraient réduire considérablement le taux élevé de mortalité maternelle (Peru : Poor and excluded women. Denial of the right to maternal and child health.Index AI : AMR 46/004/2006)

En Europe, avec l’aide de groupes nationaux et internationaux de défense des droits humains, l’organisation a montré que les Roms (Tsiganes) subissaient souvent des expulsions ou des atteintes au droit à un logement convenable en Bulgarie, en Grèce, ainsi qu’en Serbie et au Monténégro (Kosovo).En juillet, au Kosovo, Amnesty International a lancé une campagne pour la réinstallation de quelque 530 personnes déplacées (des Roms, des Ashkalis et des « Égyptiens »), dont 138 enfants ; ces groupes vivaient dans des camps contaminés par du plomb provenant d’une fonderie désaffectée, ce qui représentait un grave risque pour leur santé.

Amnesty International prépare actuellement une campagne mondiale pour la dignité humaine. Dans cette campagne il sera question des atteintes aux droits humains qui stimulent et aggravent la pauvreté.Tout en élaborant sa vision pour cette campagne, Amnesty International a produit un document qui en présente les grandes lignes et qui a pour but d’encourager les membres d’Amnesty International à s’engager massivement.

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse