Principaux événements survenus entre janvier et avril 2004

AFRIQUE

Côte d’Ivoire

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté une résolution autorisant l’envoi d’une mission en Côte d’Ivoire à compter du 4 avril. Cette mission a notamment eu pour mandat d’observer et de contrôler la mise en œuvre des accords de cessez-le-feu signés le 3 mai 2003, ainsi que les mouvements des groupes armés. En mars 2004, des dizaines de personnes ont été tuées par les forces de sécurité gouvernementales pendant et après les manifestations organisées par des opposants au président Laurent Gbagbo. La commission des Nations unies chargée d’enquêter sur ces faits a constaté que les forces de sécurité et les milices progouvernementales avaient utilisé les manifestations comme prétexte à des arrestations en masse dénuées de tout fondement juridique, à des homicides aveugles dont ont été victimes des civils innocents, ainsi qu’à des atteintes aux droits humains de grande ampleur.

Libéria

Le processus de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) des anciens combattants, dont quelque 20 000 enfants soldats, a été entravé par les retards de déploiement des troupes de la Mission des Nations unies au Libéria et par un manque de volonté apparent de la part de certains dirigeants de parties au conflit. Le processus de DDR n’a commencé qu’en avril. Lors d’une conférence internationale pour la reconstruction du Libéria, qui s’est tenue en février, des engagements portant sur un total d’environ 440 millions d’euros ont été pris pour financer la reconstruction et l’aide humanitaire pendant deux ans après le conflit.

Rwanda

Le Rwanda et la communauté internationale ont commémoré le dixième anniversaire du début du génocide de 1994. Les deux dernières semaines d’avril ont été marquées par une série de déclarations et d’accusations publiques concernant les incursions de groupes d’opposition armés, depuis la République démocratique du Congo (RDC), dans les provinces du Nord-Ouest du Rwanda. Par ailleurs, les gouvernements du Rwanda et de la RDC, ainsi que la Mission de l’Organisation des Nations unies en République démocratique du Congo, ont émis une autre série de déclarations et d’accusations publiques portant sur de nouvelles opérations de l’armée rwandaise en RDC.

Sierra Leone

Les nouveaux locaux du Tribunal spécial pour la Sierra Leone ont ouvert officiellement en mars. Les procès devraient commencer dans les prochains mois. Toutefois, de nombreux obstacles entravent encore les procédures de justice engagées à l’encontre des auteurs des crimes contre l’humanité, des crimes de guerre et des autres violations du droit international qui ont caractérisé le conflit armé sierra-léonais. Inculpé par le Tribunal spécial l’an dernier, Charles Taylor est toujours abrité par le Nigéria, qui enfreint ce faisant ses obligations au regard du droit international.

Soudan

En avril, à N’Djamena, la capitale du Tchad, des négociations ont eu lieu entre le gouvernement du Soudan et des représentants des deux groupes politiques armés en activité dans le Darfour, l’Armée de libération du Soudan et le Mouvement pour la justice et l’égalité. Ces négociations ont abouti à un accord de cessez-le-feu. Malgré cela, Amnesty International continue de recevoir des informations relatives à des attaques contre des villages menées par les Janjawid, une milice soutenue par le gouvernement, ainsi qu’à des bombardements aveugles ou délibérés de l’aviation soudanaise sur des objectifs civils.