Rapport annuel 2017

Malawi

République du Malawi
Chef de l’État et du gouvernement : Arthur Peter Mutharika

Les agressions contre les personnes atteintes d’albinisme se sont poursuivies. Au moins sept personnes ont été tuées et leurs corps mutilés. Les personnes albinos souffraient toujours d’isolement social. Les manifestations étudiantes liées à la hausse des frais de scolarité ont été violemment réprimées. Des opposants politiques au gouvernement ont été arrêtés et inculpés de trahison.

Discrimination – personnes atteintes d’albinisme

Cette année encore, des personnes atteintes d’albinisme ont été victimes d’agressions violentes et de mutilations. Bien que de hauts responsables du gouvernement, notamment le président, aient condamné publiquement ces attaques, les victimes et leurs proches n’avaient encore obtenu ni justice ni réparations.

En mars, un conseiller juridique spécial a été nommé pour assister le ministère public dans les affaires de crimes liés aux personnes atteintes d’albinisme. En juillet, le Parlement a modifié la Loi sur l’anatomie et le Code pénal pour alourdir les sanctions prévues en cas de vente de tissus humains et de possession d’un cadavre ou de tissus humains. Ces modifications ont été promulguées en septembre.

Au moins sept personnes albinos ont été tuées en 2016 et de nombreuses autres ont subi des agressions. Parmi les personnes tuées par des bandes criminelles se trouvaient Whitney Chilumpha, âgée de 23 mois, et Harry Mokoshoni, âgé de neuf ans.

En mai, des hommes non identifiés ont tué et mutilé Fletcher Masina, un homme albinos, alors qu’il travaillait dans son jardin.

En juillet, Lucia Kainga a été attaquée et sa main droite a été coupée par des hommes non identifiés dans le village de Mweneipenza 5, près de la frontière avec la Tanzanie. Pour persuader son mari d’ouvrir leur porte, un des agresseurs avait prétendu avoir besoin d’aide.

Le 19 août, un chef de village a été arrêté après avoir tenté de vendre un garçon albinos âgé de sept ans dans le district de Phalombe. Il a été placé en détention provisoire en attendant son procès.

L’ignorance qui règne au sein de la société concernant l’albinisme et la stigmatisation des personnes albinos expliquent aussi pourquoi celles-ci voient leurs droits économiques, sociaux et culturels très souvent bafoués. Elles souffrent notamment des atteintes suivantes : exclusion des programmes publics de réduction de la pauvreté ; absence de soutien dans les écoles pour remédier au harcèlement et aux difficultés d’apprentissage ; incapacité à répondre à leurs besoins médicaux spécifiques ; et manque de perspectives sur le plan économique.

Répression de la dissidence

En février, trois parlementaires du Parti du Congrès du Malawi ont été arrêtés : la porte-parole du Congrès Jessie Kabwila, ainsi qu’Ulemu Msungama et Peter Chankwantha. Ils ont été inculpés de trahison en raison de messages sur les réseaux sociaux, avant d’être libérés sous caution. Leur arrestation contrevenait aux dispositions protégeant les parlementaires à cet égard.

En juillet, des étudiants de l’université du Malawi ont manifesté contre la multiplication par trois des frais de scolarité imposée par le gouvernement. Au Chancellor College, à Zomba, la police a débarqué dans des foyers et a procédé à des tirs de gaz lacrymogène sur les étudiants qui cherchaient à se réfugier dans leurs chambres. Une vidéo a montré des policiers en train de gifler deux étudiantes. Le 26 juillet, 14 étudiants de l’établissement Malawi Polytechnic, près de Blantyre, ont été arrêtés et inculpés de comportement susceptible de troubler l’ordre public. Ils ont finalement été libérés sous caution. Onze étudiants de l’école d’infirmier Kamuzu ont aussi été arrêtés et inculpés d’« incitation à la violence ». Ils ont finalement été libérés sous caution.

Toutes les infos

Infos liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse