Écrire 33 hommes sont toujours détenus arbitrairement, un est souffrant

Trente-trois hommes sont toujours détenus arbitrairement au siège du Service national de la sûreté et du renseignement, dans le quartier de Djebel, à Djouba, la capitale du Soudan du Sud. L’un d’eux, Christopher Gwagbwe, est un prêtre d’une soixantaine d’années affilié à l’Église épiscopalienne charismatique. Son état de santé se détériore à cause de ses mauvaises conditions de détention et il n’a eu le droit à aucune visite de sa famille depuis novembre 2015.

À la connaissance d’Amnesty International, 33 hommes sont toujours détenus arbitrairement au siège du Service national de la sûreté et du renseignement. Ils sont privés du droit de comparaître dans les meilleurs délais devant un juge et du droit de contester la légalité de leur détention. Certains sont détenus au secret, coupés de leurs proches et du monde extérieur.

L’un d’eux, Christopher Gwagbwe, a été arrêté en septembre 2014 à son domicile, à Djouba. Il s’agit d’un prêtre affilié à l’Église épiscopalienne charismatique. Âgé de plus de 60 ans, il souffre d’hypertension. Il est détenu dans des conditions déplorables (mauvaise ventilation et régime alimentaire pauvre) et son état de santé se détériore. Il n’a pas été inculpé ni déféré à un tribunal. Au début de sa détention, sa famille a été autorisée à lui rendre visite mais, depuis novembre 2015, le Service national de la sûreté et du renseignement empêche ses proches de le voir.

Le Service national de la sûreté et du renseignement a accusé Christopher Gwagbwe d’avoir communiqué avec Alfred Ladu Gore, président adjoint du Mouvement/Armée populaire de libération du Soudan-Opposition (MPLS/APLS-O). Le MPLS/APLS-O faisait partie de l’opposition au moment de l’arrestation de Christopher Gwagbwe. Cependant, en avril 2016, un gouvernement de transition a été formé au Soudan du Sud, conformément à l’accord de paix d’août 2015, qui appelait aussi à libérer les prisonniers politiques. Ce gouvernement d’unité nationale comprend plusieurs membres du MPLS/APLS-O, dont Alfred Ladu Gore, qui est l’actuel ministre de l’Intérieur du Soudan du Sud.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse