Écrire Accusé de diffamation pour des messages sur les réseaux sociaux

Haris Azhar, coordinateur exécutif d’une organisation non gouvernementale (ONG) de premier plan dans le domaine des droits humains en Indonésie, fait l’objet d’une information judiciaire pour diffamation parce qu’il a publié sur les réseaux sociaux un témoignage impliquant des agents des forces de sécurité et d’organes chargés de l’application des lois dans des affaires de trafic de stupéfiants et de corruption.

Le 28 juillet, Haris Azhar, coordinateur exécutif de la Commission pour les disparus et les victimes de la violence (KontraS), a publié un témoignage basé sur les conversations qu’il a eues en 2014 avec un trafiquant de stupéfiants condamné à mort. Ce message impliquait des agents des forces de sécurité et d’organes chargés de l’application des lois dans des affaires de trafic de stupéfiants et de corruption en Indonésie. Il a été publié et largement diffusé 24 heures avant que le prisonnier concerné ne soit exécuté, le 29 juillet, sur l’île de Nusakambangan (Java central), aux côtés de trois autres personnes condamnées pour des infractions liées aux stupéfiants.

Depuis la publication du témoignage, intitulé « The dark story of a bandit : testimony from a meeting with Freddy Budiman in Nusakambangan Prison (2014) », Haris Azhar a reçu des menaces proférées par des inconnus et les membres du personnel de la KontraS sont convaincus d’être surveillés par des agents du renseignement, qui se sont rendus dans leurs locaux incognito.

Le 2 août, la police nationale (POLRI), l’armée (TNI) et l’Agence nationale des narcotiques ont porté plainte collectivement pour diffamation contre Haris Azhar, qui aurait enfreint la Loi de 2008 relative aux informations et aux transactions électroniques (ITE). Elles l’ont aussi dénoncé à la Direction des enquêtes criminelles de la police nationale (BARESKRIM). S’il est inculpé et déclaré coupable, Haris Azhar encourt six ans d’emprisonnement et une amende d’un milliards de roupies indonésiennes (environ 82 610 dollars des États-Unis).

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse