Écrire Ahmed Mansoor condamné à 10 ans d’emprisonnement

Le 29 mai, la Chambre de sûreté de l’État de la Cour d’appel fédérale des Émirats arabes unis a condamné l’Émirien Ahmed Mansoor, éminent défenseur des droits humains, à 10 ans de prison et à une amende d’un million de dirhams émiriens, notamment pour « outrage aux Émirats arabes unis et à leurs symboles ». Cet homme est un prisonnier d’opinion.

Le 29 mai, la Chambre de sûreté de l’État de la Cour d’appel fédérale d’Abou Dhabi, capitale des Émirats arabes unis, a condamné le défenseur des droits humains Ahmed Mansoor à 10 ans d’emprisonnement et à une amende d’un million de dirhams émiriens (environ 270 000 dollars des États-Unis). La Chambre a également ordonné son placement sous surveillance pendant trois ans après sa libération. Ahmed Mansoor a été jugé et condamné pour diverses infractions, notamment pour « atteinte au statut et au prestige des Émirats arabes unis et de leurs symboles », « publication de fausses informations dans le but de nuire à la réputation des Émirats arabes unis à l’étranger » et « présentation des Émirats arabes unis comme une terre sans loi ». Il a été acquitté du chef d’accusation de « coopération avec une organisation terroriste agissant en dehors du pays ».

Selon les informations recueillies par Amnesty International, le procès d’Ahmed Mansoor s’est ouvert en mars et la deuxième audience s’est déroulée le 11 avril devant un tribunal d’Abou Dhabi, capitale des Émirats arabes unis. Une troisième audience pourrait avoir eu lieu le 9 mai, mais cette information n’a pas été confirmée. Le 29 mai, la Chambre de sûreté de l’État de la Cour d’appel fédérale d’Abou Dhabi a prononcé la déclaration de culpabilité et la peine. Ahmed Mansoor peut se pourvoir devant la Chambre de sûreté de l’État de la Cour suprême fédérale. On ignore toujours où il est détenu.

Selon les informations dont dispose Amnesty International, Ahmed Mansoor fait l’objet d’un maintien à l’isolement prolongé, assimilable à une forme de torture ou autres mauvais traitements.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nicaragua : signez pour libérer une jeune étudiante belge

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !