Écrire Appelez les législateurs à dépénaliser l’avortement

Les législateurs salvadoriens vont bientôt débattre d’une proposition de modification du Code pénal qui, si elle était acceptée, mettrait fin à l’interdiction totale de l’avortement dans le pays. C’est la première fois en presque vingt ans que se présente une occasion réelle de changer cette loi.

En octobre 2016, le parti au pouvoir au Salvador, le Front Farabundo Martí de libération nationale (FMLN), a présenté une proposition de modification du Code pénal visant à dépénaliser l’avortement dans un certain nombre de circonstances particulières, notamment : si la grossesse présente un risque pour la vie de la femme ou de la jeune fille concernée, si elle est la conséquence d’un viol et si le bébé ne survivra pas à la naissance.

L’avortement est considéré comme un crime en toutes circonstances au Salvador depuis 1998, même si la grossesse est le résultat d’un viol ou d’un inceste ou si la vie de la femme ou de la jeune fille enceinte est en danger. Beaucoup de femmes et de jeunes filles ont perdu la vie ou ont été emprisonnées à cause de cette interdiction totale de l’avortement. Non seulement la loi salvadorienne incrimine toute femme qui subit une interruption volontaire de grossesse, mais elle crée également un climat de suspicion à l’égard des femmes, qui ne reçoivent pas les soins médicaux nécessaires lorsqu’elles font une fausse couche ou lorsqu’elles sont confrontées à d’autres situations d’urgence obstétrique. En conséquence, des femmes ayant connu des complications pendant leur grossesse ont été poursuivies en justice pour avortement. Certaines ont même été accusées d’homicide avec circonstances aggravantes et condamnées à des peines allant jusqu’à 40 ans de prison, ce qui a eu de graves répercussions sur leur vie et celle de leur famille.

Le débat au sujet de cette proposition de réforme législative se déroulera en deux étapes. Le projet sera d’abord examiné par une commission de l’Assemblée législative (la Commission des lois et des questions constitutionnelles), qui, si elle l’approuve, le transmettra ensuite à l’Assemblée législative pour un débat et un vote en séance plénière. Le débat n’a pas encore commencé devant cette commission, mais la prochaine session parlementaire doit débuter le 8 mai. C’est donc un moment décisif pour appeler les législateurs à soutenir cette proposition, qui respectera, protègera et mettra en œuvre les droits des femmes et des jeunes filles.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.