Écrire Arrestation d’un syndicaliste étudiant

Après avoir passé presque huit mois dans la clandestinité, le syndicaliste étudiant Lin Htet Naing a été arrêté pour son rôle d’organisateur de manifestations étudiantes au Myanmar. Plus de 50 étudiants sont actuellement incarcérés pour avoir pris part à ces actions de protestation. Lin Htet Naing est un prisonnier d’opinion, qui doit être libéré immédiatement et sans condition.

Lin Htet Naing, aussi connu sous les noms d’Aung Thant Zin et de James, un syndicaliste étudiant et membre du Comité central exécutif de la Fédération des syndicats étudiants de Birmanie (ABFSU), a été arrêté mardi 3 novembre par la Section spéciale, une unité de police, dans un bus à Yangon, la plus grande ville du Myanmar. Il a été appréhendé en relation avec une manifestation pacifique qu’il a organisée le 10 mars à Yangon pour protester contre la dispersion violente du défilé étudiant ayant eu lieu le même jour à Letpadan, dans la région de Bago. Après la manifestation du 10 mars, la police a émis un mandat d’arrêt et il est alors entré dans la clandestinité.

Après son arrestation, on est resté sans nouvelles de lui jusqu’à mercredi 4 novembre à midi, lorsqu’il a été présenté devant le tribunal du Township de Kamayut à Yangon. Il a plus tard été transféré à la prison d’Insein, où il est détenu actuellement. Il a été inculpé pour participation à un rassemblement illégal (article 143 du Code pénal), poursuite d’un rassemblement illégal en sachant qu’il a été dispersé (article 145), « émeutes » (article 147) et incitation à commettre des infractions visant l’État ou la tranquillité publique [article 505(b)]. Il encourt jusqu’à six ans et six mois d’emprisonnement. Sa prochaine audience devant le tribunal devait avoir lieu jeudi 5 novembre.
Lin Htet Naing est marié à Phyoe Phyoe Aung, secrétaire générale de l’ABFSU, actuellement en détention à la prison de Tharawaddy, dans la région de Bago, pour son rôle à la tête du cortège des manifestations étudiantes à Letpadan. C’est aussi une prisonnière d’opinion.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse