Écrire Arrestations arbitraires après la proclamation de l’état d’urgence

Cinq personnes ont été arrêtées depuis que le gouvernement des Maldives a déclaré l’état d’urgence le 5 février 2018, à la suite d’un récent arrêt de la Cour suprême ordonnant de libérer des dirigeants de l’opposition incarcérés et de les faire bénéficier d’un nouveau procès. Il s’agit apparemment d’une mesure de répression décidée par le gouvernement en vue de museler l’opposition politique.

Abdulla Saeed, président de la Cour suprême, et Ali Hameed, autre juge de cette juridiction, ont été arrêtés le 6 février 2018, tôt le matin, lorsque des soldats ont pénétré de force dans les locaux de la Cour suprême. Les deux magistrats faisaient partie du collège de quatre juges qui a ordonné la libération immédiate de neuf dirigeants de l’opposition, dont Mohamed Nasheed, ancien président des Maldives, et la tenue d’un nouveau procès pour ces personnes. Le même jour, tôt dans la matinée, la police a également arrêté le responsable du Département de l’administration judiciaire, Hassan Saeed.

L’ancien président des Maldives Maumoon Abdul Gayoom a été arrêté vers minuit le 5 février à son domicile, à Malé, en même temps que son gendre, Mohamed Nadheem. Selon des propos de la fille de Maumoon Abdul Gayoom relayés dans les médias, les forces armées ont fait irruption dans la maison et l’ont arrêté. Il se trouve actuellement dans un centre de détention situé sur une île, à proximité de Malé. Âgé de 80 ans, il a été président pendant 30 ans, jusqu’aux élections de 2008.
La crise politique actuelle a été déclenchée par un arrêt inattendu de la Cour suprême, rendu le 1er février 2018, qui annulait la condamnation de l’ancien président Mohamed Nasheed et ordonnait la libération d’autres membres de l’opposition politique ainsi que la tenue de nouveaux procès pour toutes ces personnes.

Au lieu d’appliquer l’arrêt de la Cour suprême, le gouvernement du président Abdulla Yameen a commencé à arrêter arbitrairement des membres de l’opposition. Le 5 février 2018, le président Yameen a proclamé l’état d’urgence et a suspendu plusieurs dispositions de la Constitution (notamment des dispositions protégeant le droit à la liberté de réunion), ainsi que des garanties fondamentales relatives aux pouvoirs des forces de sécurité en ce qui concerne les arrestations, les placements en détention, les saisies de biens et les perquisitions. Le président Yameen a justifié l’état d’urgence en affirmant que l’arrêt de la Cour suprême perturbait « le système d’équilibre des pouvoirs ».

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Mariée de force, violée et condamnée à mort

Mariée de force, Noura Hussein a été violée par son mari. Elle l’a tué en légitime défense : le Soudan l’a condamnée à mort. Agissez pour elle : signez notre pétition