Écrire Au moins un millier de logements risquent d’être démolis

Le gouverneur de l’État de Kaduna, dans le nord-ouest du Nigeria, a menacé de démolir des logements à Gbagyi Villa. Au moins 1 000 logements, destinés à la démolition, ont été marqués d’un X. Des milliers de personnes risquent d’être expulsées de force.

À quatre reprises entre le 4 novembre 2015 et le 16 mars 2016, le Service d’urbanisme et de développement urbain de l’État de Kaduna (KASUPDA) a remis aux habitants de Gbagyi Villa des avis indiquant que leurs logements seraient démolis dans les 21 jours. Des délégués d’Amnesty International ont eu accès à ces avis et vu certains des logements marqués d’un X. Les habitants affirment qu’ils n’ont pas été consultés au sujet de la démolition prévue et qu’aucune solution de relogement ni indemnisation ne leur a été proposée. Ils ont engagé une action en justice le 10 mars et obtenu une injonction interdisant la démolition. Bien que l’affaire soit en instance, le gouverneur de l’État de Kaduna s’est rendu sur place le 21 juillet et a déclaré publiquement que les logements dont les autorités présument qu’ils empiètent sur le terrain de l’école polytechnique et qui ont été bâtis sans titre ni permis de construire seraient démolis avant même la décision du tribunal.

Les logements destinés à la démolition hébergent cinq personnes chacun en moyenne. Par conséquent, s’ils étaient détruits, au moins cinq mille personnes (hommes, femmes et enfants) se retrouveraient sans abri et exposées à diverses violations des droits humains. Nombre des habitants, qui sont les propriétaires d’origine de ces terres agricoles ou les personnes qui les leur ont rachetées, et leurs locataires, ne disposent pas des titres requis car ceux-ci sont difficiles à obtenir et coûteux. Cependant, beaucoup ont obtenu légalement des permis de construire ou tout du moins réglé les frais inhérents à ces démarches. Malgré cela, leurs logements ont été désignés.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.