Écrire Confirmation de la peine d’un défenseur des droits humains

La Cour d’appel bahreïnite a confirmé le 22 novembre la peine de deux ans d’emprisonnement de Nabeel Rajab, défenseur des droits humains et prisonnier d’opinion, pour des interviews qu’il a données en 2015 et 2016. Un deuxième procès pénal, lié à des commentaires qu’il a publiés sur son compte Twitter, est en cours et la dernière audience est prévue pour le 15 janvier.

Le 22 novembre, la Cour d’appel de Manama, la capitale de Bahreïn, a confirmé la peine de deux ans d’emprisonnement de Nabeel Rajab. Le 10 juillet, il a été déclaré coupable d’avoir « diffusé des rumeurs et de fausses informations au sujet de la situation interne du royaume risquant de porter atteinte à son prestige et à son statut », en lien avec des interviews télévisées qu’il a données en 2015 et en 2016, et condamné à deux ans d’emprisonnement. Nabeel Rajab est détenu dans la prison de Jaww.

Le second procès pénal de Nabeel Rajab, lié à des tweets et retweets portant sur la guerre au Yémen et sur des allégations d’actes de torture commis à la prison de Jaww, est en cours. Le 19 novembre, la Haute Cour criminelle a reporté l’audience au 31 décembre. Mais, le 3 décembre, ses avocats, qui se trouvaient au tribunal pour une autre affaire, ont découvert que l’audience de Nabeel Rajab avait été avancée au 5 décembre. Comme ils n’avaient pas été informés officiellement du changement de date, les avocats ont écrit au tribunal le 4 décembre pour demander que la date initiale soit maintenue. Leur requête a été rejetée. Le 5 décembre, Nabeel Rajab n’a pas pu se rendre au tribunal car il était malade, et le tribunal a repoussé l’audience au 7 décembre. La dernière audience a été fixée au 15 janvier 2018. Si Nabeel Rajab est déclaré coupable, il risque jusqu’à 15 ans d’emprisonnement.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Pour une Belgique plus humaine envers les demandeurs d’asile

La Belgique doit se montrer plus humaine : demandez des voies sûres et légales pour les personnes contraintes de fuir de chez elles. Signez notre pétition !