Écrire Confirmation des peines de Zainab al Khawaja en appel

Zainab Al Khawaja, condamnée à un an d’emprisonnement pour avoir défendu ouvertement une codétenue alors qu’elle était elle-même incarcérée en juin 2013 et à quatre mois d’emprisonnement pour avoir déchiré des photos du roi de Bahreïn en mai 2012, a vu ses peines confirmées en appel. Elle doit purger trois ans et un mois d’emprisonnement au total et risque d’être de nouveau arrêtée à tout moment.
La militante Zainab Al Khawaja, condamnée à un an d’emprisonnement pour « outrage à agent de la force publique » et à quatre mois d’emprisonnement pour « destruction de biens publics », a vu ses peines confirmées par la Haute Cour criminelle d’appel siégeant à Manama, la capitale. Elle n’était pas présente à l’audience et ses avocats non plus. En effet, ils s’étaient retirés le 21 octobre lors de l’audience d’appel concernant une autre affaire, à la demande de leur cliente, car celle-ci ne reconnaissait pas la légitimité du tribunal. Si Zainab Al Khawaja est incarcérée, Amnesty International la considérera comme une prisonnière d’opinion, détenue uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression.

Le 9 décembre 2014, Zainab Al Khawaja a été condamnée à un an d’emprisonnement pour « outrage à agent de la force publique » parce qu’elle avait défendu verbalement une autre détenue qu’une gardienne avait insultée et humiliée le 22 juin 2013 au centre de détention pour femmes de Madinat Issa, au sud-ouest de Manama. Le même jour, elle a été condamnée à deux peines de deux mois d’emprisonnement pour « destruction de biens publics » parce qu’elle avait déchiré des photos du roi encadrées appartenant au ministère de l’Intérieur les 4 et 6 mai 2012, alors qu’elle était détenue dans un poste de police de Madinat Issa. Elle a aussi été condamnée à une peine de trois ans d’emprisonnement – ramenée à un an d’emprisonnement et 3 000 dinars bahreïnites d’amende (environ 8 000 dollars des États-Unis) en appel le 21 octobre – pour « outrage au roi » parce qu’elle avait déchiré une photo de lui au tribunal en octobre 2014. Si elle ne règle pas l’amende, sa peine sera prolongée de 18 mois. Le 2 février 2016, elle fera également appel d’une condamnation à neuf mois d’emprisonnement pour « présence dans une zone interdite » et « outrage à agent de la force publique » alors qu’elle tentait de rendre visite à son père qui observait une grève de la faim à la prison de Jaww en août 2014.

La famille de Zainab Al Khawaja a déclaré à Amnesty International que si elle était incarcérée, elle avait l’intention de garder son bébé d’un an avec elle pendant qu’elle purgerait sa peine.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse