Écrire Confirmation en appel de la peine d’un défenseur des droits humains

La Cour de cassation a confirmé le 15 janvier 2018 la peine de deux ans d’emprisonnement de Nabeel Rajab, défenseur des droits humains et prisonnier d’opinion, pour des interviews qu’il a données en 2015 et 2016. La Cour pénale l’a entendu sa plaidoirie lors de sa dernière audience dans le cadre d’une autre affaire liée à des commentaires qu’il a publiés sur son compte Twitter et rendra son verdict le 21 février.

Le 15 janvier 2018, le Cour de cassation de Manama, la capitale de Bahreïn, a maintenu la peine de deux ans d’emprisonnement contre Nabeel Rajab pour avoir « diffusé des rumeurs et de fausses informations au sujet de la situation interne du royaume risquant de porter atteinte à son prestige et à son statut », en lien avec des interviews télévisées qu’il a données en 2015 et en 2016. Son procès a débuté le 23 janvier 2017 ; le 10 juillet, Nabeel Rajab a été déclaré coupable et condamné à deux ans d’emprisonnement. Cette peine a été maintenue en appel le 22 novembre. Nabeel Rajab terminera de purger cette peine à la fin du mois de décembre 2018. Il est détenu à la prison de Jaww.

Le 15 janvier 2018, Nabeel Rajab a également comparu devant la Haute cour criminelle pour sa dernière audience dans le cadre de son second procès, lié à des tweets et retweets portant sur la guerre au Yémen et sur des allégations d’actes de torture commis à la prison de Jaww. La Cour rendra son verdict le 21 février. Si Nabeel Rajab est déclaré coupable, il risque jusqu’à 15 ans d’emprisonnement.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.