Écrire Craintes de suicide pour une irano-britannique emprisonnée

Nazanin Zaghari Ratcliffe, une prisonnière d’opinion irano-britannique travaillant pour une organisation caritative et condamnée à cinq ans d’emprisonnement, a écrit une lettre de suicide à son époux et a entamé une grève de la faim le 13 novembre. Amnesty International craint pour sa santé physique et mentale.

La prisonnière d’opinion Nazanin Zaghari Ratcliffe, chef de projet à la fondation Thomson Reuters, une organisation caritative qui œuvre en faveur du progrès socio-économique, du journalisme indépendant et de l’état de droit, songeait au suicide en octobre après avoir été condamnée à cinq ans d’emprisonnement le 6 septembre. Son époux, Richard Ratcliffe, a déclaré à Amnesty International que sa santé physique s’était détériorée et que son moral était si bas qu’en octobre elle lui avait écrit une lettre de suicide. Elle a également entamé une grève de la faim le 13 novembre, en signe de désespoir à l’idée de ne jamais être libérée. Son état était si inquiétant que le 18 novembre les autorités ont organisé la visite en urgence de sa famille. Lors de la visite, sa mère a perdu connaissance en voyant à quel point sa fille avait maigri depuis le début de sa détention. Dans l’intérêt de sa fille de deux ans, Nazanin Zaghari Ratcliffe a accepté de mettre fin à sa grève de la faim le jour de la visite. En prison, elle souffre de palpitations, de troubles de la vue et de douleurs dans les mains, les bras et les épaules. En dépit de deux visites au centre de santé de la prison d’Evin, à Téhéran, elle n’a pas reçu les soins dont elle a besoin.

Au mois de juin, le responsable de l’appareil judiciaire de la province de Kerman a déclaré que son arrestation était liée à son implication auprès d’« un réseau qui avait mené des actions portant atteinte à la sécurité du pays lors de la sédition de 2009 [référence aux soulèvements ayant suivi les élections présidentielles] en créant de nombreux sites Internet et en organisant des campagnes médiatiques ». Le réseau mentionné par le responsable fait référence à un groupe de blogueurs arrêtés en décembre 2013 pour leurs liens avec un média basé à l’étranger et les cours de formation qu’il prodiguait.

Nazanin Zaghari Ratcliffe a été arrêtée le 3 avril à l’aéroport Imam Khomeini de Téhéran par des agents des services de renseignements des pasdaran (gardiens de la révolution) et elle a été détenue à l’isolement durant 45 jours. Malgré les interrogatoires répétés qu’elle a subis, elle n’a pu consulter un avocat que trois jours avant le début de son procès, qui a eu lieu le 14 août devant la 15e chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran. Elle attend actuellement qu’il soit statué sur son appel. En août, le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire a déclaré que sa détention était arbitraire et a appelé les autorités iraniennes à la libérer immédiatement et à lui accorder un droit contraignant à des réparations.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse