Écrire Craintes pour la santé d’un détenu privé d’avocat

Lahiru Manikkuadura, de nationalité sri-lankaise, est détenu aux Maldives depuis septembre 2016 sans date de procès et, en raison de récentes modifications restrictives apportées aux procédures légales, n’est pas autorisé à consulter son avocate. Ses conditions de détention déplorables suscitent de vives inquiétudes pour sa santé et son bien-être.
Lahiru Manikkuadura est actuellement incarcéré dans la prison de Maafushi, aux Maldives, pour « participation délibérée à une conspiration en vue de l’assassinat du Président des Maldives ». Il s’apprêtait à prendre un avion pour rentrer au Sri Lanka quand il a été appréhendé à l’aéroport, le 23 octobre 2015. Alors qu’il avait été arrêté sur la base de soupçons d’incitation à la violence, pour avoir prétendument distribué de l’argent à des gangs, il a été inculpé, huit mois plus tard, de tentative d’assassinat du président. Sa détention a été prolongée de quatre mois et les autorités ne lui ont pas fourni d’aide juridictionnelle, ni pendant les audiences de détention provisoire, ni pendant les interrogatoires, qui ont eu lieu en divehi, langue qu’il ne parle pas.
Le tribunal pénal des Maldives a commencé à examiner l’affaire le 10 août 2016 et, après quatre audiences, a indiqué que les parties seraient informées de la date de l’audience suivante une fois que le procureur général aurait convoqué un autre témoin. Depuis lors, elles n’ont reçu aucune information à ce sujet. Depuis le mois de mai 2018, les autorités pénitentiaires refusent que Lahiru Manikkuadura consulte son avocate, affirmant qu’elle doit présenter des attestations du tribunal pénal certifiant qu’elle est bien chargée de sa défense, et précisant la date de la prochaine audience, alors que celle-ci n’a pas été communiquée.
En prison, Lahiru Manikkuadura partage avec six codétenus une cellule prévue pour deux personnes. Il s’est plaint de douleurs thoraciques et n’a pu consulter un professionnel de la santé qu’au bout de quatre jours. Bien que le droit international et la législation des Maldives disposent que tous les prisonniers ont droit à au moins une heure d’exercice quotidien en plein air, Lahiru Manikkuadura n’est pas autorisé à sortir de sa cellule et a commencé à perdre la vue. Alors qu’il est bouddhiste, on ne lui permet pas de pratiquer sa religion et on l’a contraint à observer les rituels de l’islam, y compris le jeûne pendant le ramadan.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la cruauté des USA envers les personnes en quête de protection

Détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort est cruel. Demandez à Donald Trump de respecter les lois internationales en matière de demande d’asile : signez la pétition !