Écrire Craintes pour la santé d’un libraire de Hong Kong placé en détention

Gui Minhai se rendait en train à Pékin accompagné de deux diplomates suédois afin d’obtenir un diagnostic médical concernant une maladie neurologique, lorsqu’il a été soudainement embarqué par une dizaine d’agents en civil. On ignore où il se trouve, ce qui l’expose au risque de subir des actes de torture ou d’autres mauvais traitements, et avive les craintes quant à son état de santé.

Gui Minhai se trouvait à bord d’un train reliant Ningbo à Pékin le 20 janvier 2018, accompagné de deux diplomates suédois qui lui apportaient leur aide pour obtenir des soins médicaux, lorsqu’il a soudainement été emmené par une dizaine d’agents en civil. Gui Minhai, ressortissant suédois qui gérait une grande maison d’édition en langue chinoise à Hong Kong, connue pour ses ouvrages dénonçant les scandales politiques qui éclaboussent les dirigeants chinois, n’a pour l’instant pas été autorisé à s’entretenir avec un avocat ou un représentant consulaire.

Son cas avait attiré l’attention de la communauté internationale lorsqu’il avait disparu une première fois en Thaïlande le 17 octobre 2015, à la même période que trois collègues de son entreprise. Un autre associé, Lee Bo, avait disparu à Hong Kong le 30 décembre 2015. Gui Minhai est plus tard réapparu à la télévision nationale chinoise, en janvier 2016, pour faire des « aveux » télévisés mis en scène, concernant son implication présumée dans un accident de la route en 2003. Beaucoup estiment que l’accusation de conduite en état d’ivresse portée à son encontre était en fait un prétexte pour l’arrêter et fermer sa maison d’édition.

En octobre 2017, Gui Minhai a été « libéré » après avoir, selon le ministère chinois des Affaires étrangères, « totalement purgé sa peine pour une infraction liée à la circulation ». Cependant, sa fille s’est dite préoccupée par le fait qu’il demeurait sous surveillance de l’État après sa libération présumée.

Gui Minhai se rendait à Pékin afin d’obtenir un diagnostic qualifié pour des symptômes semblant indiquer qu’il est atteint d’une SLA (sclérose latérale amyotrophique), affection neurologique aussi appelée maladie de Charcot. Il a besoin de soins médicaux de toute urgence. Selon sa fille, en raison de cette maladie neurologique, Gui Minhai ne contrôle plus ses doigts de la main gauche, a des problèmes à la main droite et a désormais du mal à marcher.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Mariée de force, violée et condamnée à mort

Mariée de force, Noura Hussein a été violée par son mari. Elle l’a tué en légitime défense : le Soudan l’a condamnée à mort. Agissez pour elle : signez notre pétition