Écrire Craintes pour la santé d’un prisonnier d’opinion

Lahpai Gam, un homme âgé kachin, souffre de graves problèmes de santé qui pourraient être dus à la torture qu’il a subie lors de son arrestation en 2012. Il doit être libéré immédiatement et sans condition et, dans l’attente de cette libération, il doit bénéficier des soins médicaux et du traitement dont il a besoin.

Lahpai Gam est hospitalisé depuis mars 2017, lorsqu’il a été transféré de la prison de Myitkyina, dans l’État kachin (nord du Myanmar). Il souffrait de saignements anaux et de graves problèmes d’estomac et a reçu plusieurs transfusions sanguines. Certains de ses problèmes de santé pourraient être dus à la torture qu’il a subie lors de son arrestation en 2012. Des personnes proches de Lahpai Gam affirment qu’il ne connaît pas exactement la nature des graves problèmes de santé dont il souffre ni le traitement dont il a besoin ; on craint donc qu’il n’ait pas accès à des soins adaptés.

Lahpai Gam a été arrêté dans l’État kachin en juin 2012, en même temps que six autres personnes, par des membres de l’armée du Myanmar. Il était alors gardien de troupeaux de vaches et a été détenu au secret pendant presque un mois avant d’être transféré à la prison de Myitkyina. Lahpai Gam a été torturé par des militaires pendant son interrogatoire. Il a été battu à l’aide d’une barre de fer, on a exercé une forte pression sur ses genoux en faisant rouler une tige en bambou dessus, et il a été forcé à avoir des relations sexuelles avec un autre détenu.

Lahpai Gam a été inculpé en 2012 d’appartenance à l’Armée pour l’indépendance kachin (KIA), au titre de l’article 17(1) de la Loi de 1908 relative aux associations illégales, et a fait l’objet de quatre inculpations au titre de la Loi de 1908 relative aux substances explosives. Il a été condamné à 20 ans d’emprisonnement au total. Cependant, faute de preuves, la Cour suprême a annulé sa déclaration de culpabilité au titre de la Loi relative aux associations illégales ainsi que deux autres au titre de la Loi relative aux substances explosives.

Les deux chefs d’inculpation restants au titre de la Loi relative aux substances explosives sont liés à des bombes qui avaient été installées près de plusieurs ponts dans l’État kachin, et ont été maintenus sur la base d’une lettre d’aveux datée de la période pendant laquelle il a été torturé et détenu au secret. Lahpai Gam a été condamné à huit ans d’emprisonnement pour ces chefs d’inculpation. Cependant, selon certaines sources, il soutient qu’il n’est qu’un fermier et qu’il n’est pas membre de l’Armée pour l’indépendance kachin et qu’il n’a jamais signé de lettre d’aveux ni installé de bombes.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.