Écrire Craintes pour la santé d’une militante transférée dans une autre prison

Nguyễn Ngọc Như Quỳnh, également connue en tant que blogueuse sous le nom de Mẹ Nấm (Mère Champignon) a été transférée en secret à 900 kilomètres, dans une prison qui se trouve loin de sa famille et où les conditions de détention sont déplorables. Purgeant actuellement une peine de 10 ans d’emprisonnement, elle est privée d’accès à ses médicaments et les inquiétudes sont vives concernant son état de santé qui se dégrade.
Le 12 février 2018, la défenseure des droits humains Nguyễn Ngọc Như Quỳnh (connue sous le nom de « Mẹ Nấm » ou « Mère Champignon ») a été transférée en secret de la prison de Khánh Hòa, dans sa province natale de la Côte centrale du Sud, au « camp n° 5 » de Thanh Hoa, dans la région de la Côte centrale du Nord, à 915 km de sa ville natale, une prison où les conditions de détention sont déplorables. Sa mère lui avait rendu visite la semaine précédente, mais les autorités ne l’avaient pas informée de ce transfert.
La mère de Nguyễn Ngọc Như Quỳnh a fait part de ses vives inquiétudes quant à la détérioration de sa santé et son état fragile – son visage est enflé en réaction à un traitement inadapté et ses doigts et ses orteils se replient, ce qui est douloureux – aux autorités carcérales, qui ne l’ont pas autorisée à fournir à sa fille ses médicaments depuis son placement en détention le 10 octobre 2016. En raison du transfert, il est extrêmement difficile pour la famille de Nguyễn Ngọc Như Quỳnh de lui rendre régulièrement visite en prison. Plusieurs membres de sa famille font toujours l’objet d’une surveillance quoitidienne et ont été, ainsi que d’autres militants, roués de coups par la police lors de rassemblements réclamant sa libération.
Le 17 novembre 2017, le tribunal populaire supérieur de Danang a confirmé la condamnation de Nguyễn Ngọc Như Quỳnh à une peine de 10 ans de prison pour « diffusion de propagande » (article 88 du Code pénal). Elle n’avait fait qu’exercer sans violence ses droits à la liberté d’expression et de réunion. Selon une traduction de son acte d’inculpation, Nguyễn Ngọc Như Quỳnh est poursuivie pour avoir partagé des articles en ligne et pour avoir participé à des rassemblements publics sur divers sujets, y compris contre les brutalités policières.
Les autorités vietnamiennes ont coutume de transférer en secret des prisonniers à titre de sanction – bien souvent vers des prisons où les conditions sont moins bonnes et qui sont situées à des centaines de kilomètres de leurs familles. En outre, les prisonniers sont régulièrement privés de soins médicaux, ce qui est un moyen de faire pression sur eux pour qu’ils « avouent » ou simplement de les punir parce qu’ils militent pacifiquement et expriment des critiques à l’égard du gouvernement vietnamien.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition