Écrire Craintes pour la sécurité de deux prisonniers russes « disparus »

On ignore ce qu’il est advenu de Victor Filinkov, spécialiste informatique, et de Iouli Boïarchinov, militant de la société civile. Ils ont été vus pour la dernière fois le 28 juillet dans un centre de détention à Yaroslavl, en Russie, mais ils seraient actuellement en transit vers un lieu tenu secret. Leur sécurité suscite de vives inquiétudes.
Victor Filinkov, spécialiste informatique, et Iouli Boïarchinov, militant de la société civile, ont été vus pour la dernière fois le 28 juillet dans un centre de détention de la ville de Yaroslavl, au nord-est de Moscou. Les deux hommes sont détenus depuis janvier 2018 par des agents du Service fédéral de sécurité (FSB) à Saint-Pétersbourg pour leur appartenance présumée à l’organisation « terroriste » Network (en vertu de la deuxième partie de l’article 205.4, du Code pénal russe). Les deux hommes ont dit avoir subi des mauvais traitements (dont des actes de torture pour Viktor Filinkov) de la part d’agents du FSB qui voulaient les contraindre à « avouer » leur appartenance et celle d’autres personnes à l’organisation « terroriste » Network. Victor Filinkov a « avoué » mais il est revenu par la suite sur ses déclarations, indiquant que celles-ci avaient été obtenues par la contrainte. Iouli Boïarchinov a dit qu’il avait subi des pressions destinées à le contraindre à s’incriminer et/ou à incriminer d’autres personnes, mais qu’il n’avait pas cédé. Des membres de la Commission de surveillance publique des lieux de détention (ONK) ont examiné Victor Filinkov le 26 janvier 2018 et ont confirmé que son corps présentait des signes visibles de torture, notamment par décharges électriques. Victor Filinkov a également indiqué à l’ONK qu’un des agents du FSB qui l’avaient torturé l’avait averti que s’il revenait sur ses « aveux », il serait à nouveau torturé par des « professionnels » lors de son transfert.
Le 20 juillet, selon certaines informations, Victor Filinkov et Iouli Boïarchinov avaient été transférés dans un lieu tenu secret, qui se trouverait dans la ville de Penza (à 1 400 km environ de Saint-Pétersbourg), où l’enquête sur « l’affaire Network » est en cours. Comme il est d’usage dans le système pénal russe, ni les familles de Victor Filinkov et Iouli Boïarchinov ni leurs avocats n’ont été informés de leur transfert. Le 25 juillet, il a été signalé qu’ils étaient incarcérés dans un centre de détention provisoire à Yaroslavl. Leur avocat s’est rendu dans ce centre le 28 juillet et a confirmé qu’ils s’y trouvaient. Selon lui, les deux hommes étaient en bonne santé et n’ont pas fait état de nouveaux actes de torture ni d’autres mauvais traitement, mais ils se sont plaints de mauvaises conditions de détention pendant leur transfert (notamment de la surpopulation) et dans le centre de Yaroslavl. Depuis le 28 juillet, tous les efforts déployés pour localiser Victor Filinkov et Iouli Boïarchinov ont échoué ; on ignore s’ils sont toujours dans le centre de détention de Yaroslavl ou s’ils sont à nouveau en transit. En l’absence d’informations officielles sur le sort de Victor Filinkov et de Iouli Boïarchinov, il est fort à craindre qu’ils ne soient torturés et soumis à d’autres mauvais traitements, notamment en transit. La non-divulgation du lieu où ils se trouvent peut mener à une situation assimilable à une disparition forcée.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nicaragua : justice pour Amaya et les autres activistes persécutés

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !