Écrire Craintes pour un militant détenu au secret

Arrêté le 2 septembre 2017, le défenseur des droits humains Zhen Jianghua n’a pas encore été autorisé à consulter son avocat. Il est « en résidence surveillée dans un lieu désigné » pour « incitation à la subversion de l’État » depuis le 29 septembre mais on ignore où il se trouve actuellement, ce qui ne fait que renforcer la profonde crainte qu’il subisse des actes de torture et d’autres mauvais traitements.

Le 1er février 2018, le Bureau de la sécurité publique de la ville de Zhuhai a informé par écrit l’avocat de Zhen Jianghua que celui-ci n’était pas autorisé à s’entretenir avec son conseil parce que les faits qui lui étaient reprochés concernaient la sécurité nationale et qu’une rencontre pourrait faire obstruction à l’enquête ou entraîner la divulgation de secrets d’État. Par ailleurs, les autorités ont rejeté la demande de libération sous caution et confirmé que Zhen Jianghua avait été placé en résidence surveillée dans un lieu désigné depuis le 29 septembre, sans toutefois préciser où il était détenu actuellement.
Zhen Jianghua a été arrêté pour « incitation à la subversion de l’État » le 2 septembre 2017 et, selon le document reçu par sa famille cinq jours plus tard, il était incarcéré au centre de détention n°1 de Zhuhai. Le 13 décembre, l’agent de la sécurité nationale responsable de l’affaire a informé l’avocat de Zhen Jianghua que celui-ci avait été placé en résidence surveillée dans un lieu désigné et n’était pas autorisé à rencontrer son conseil.

Zhen Jianghua est un défenseur des droits humains qui travaille depuis plus de 10 ans en faveur de communautés marginalisées en Chine, et qui a été arrêté à plusieurs reprises en raison de ses activités de militant. Comme il est détenu au secret et privé de tout contact avec sa famille et un avocat, on craint qu’il ne soit soumis à la torture ou à d’autres formes de mauvais traitements.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.